Avant-première : la boite EAT8 à l’essai sur la Peugeot 308

Nouvelle face avant plus agressive, nouveaux équipements technologiques… A la rentrée 2017, la nouvelle Peugeot 308 se refaisait une beauté pour affronter sereinement la seconde partie de sa vie commerciale. Les évolutions mécaniques se faisaient alors plus timides, avec pendant les premières semaines des blocs moteur totalement inchangés.

Berline ou SW, ces motorisations sont disponibles sur les 2 silhouettes

Petit à petit, les changements se mettent en ordre de marche, puisqu’après la nouvelle version du 2.0 BlueHDi 180, le tout nouveau bloc diesel 1.5 BlueHDi 130 et la version Euro6.c du 1.2 PureTech 130 ont fait leur apparition au catalogue récemment. La nouvelle étape, qui constitue l’événement dans la gamme pour le printemps 2018, c’est bien entendu le déploiement de la nouvelle boite automatique EAT8 sur le cœur de gamme, et l’ouverture d’une nouvelle version de la finition GT, embarquant le nouveau moteur 1.6 PureTech 225 !

C’est donc en avant-première, doudoune, moufles et écharpes prêtes, que nous avons bravé la neige, le verglas et les températures négatives pour essayer cette nouvelle boite automatique à 8 rapports, sur les petites routes de la vallée de Chevreuse, en région parisienne. Pour se faire la main sur cette nouvelle transmission, nous avons donc pris le volant des versions BlueHDi 130 EAT8 et GT 225 EAT8, en production à partir d’avril 2018, et de la version cœur de gamme PureTech 130 EAT8, attendue elle à partir de mai 2018. Et une fois installé derrière le volant, nous avons compris pourquoi cela en valait la peine.

EAT8 : simple mise à jour ou révolution ?

Le point commun à ces nouvelles versions de la Peugeot 308, c’est donc sa nouvelle boite automatique à 8 rapports EAT8, fournie par l’équipementier japonais Aisin. Au premier abord, on serait tenté de dire qu’il s’agit de la boite EAT6 à laquelle on lui a ajouté 2 rapports.

Que nenni, la boite EAT8, c’est bien plus que ça, et ce avant même de mettre le moteur en marche. La première nouveauté visible, c’est d’abord le nouveau levier de vitesse à commande électrique Shift & Park by wire, que les conducteurs de Peugeot 3008 et 5008 connaissent bien. Une commande à l’esthétique agréable, et à l’utilisation aisée. S’utilisant à la manière d’un joystick, on prend rapidement le pli et surtout, l’activation automatique du mode Park à l’arrêt du moteur a fait disparaître la stridente alarme en cas d’oubli ! Aussi, avec cette nouvelle boite, les palettes au volant et le Driver Sport Pack sont désormais livrés de série, ce qui met tout le monde d’accord.

La nouvelle commande de la boite de vitesses s'intègre bien dans l'habitacle

Autre nouvelle fonctionnalité, proposée uniquement sur les moteurs essence, le passage automatique en mode Neutre, proposé entre 25 et 130km/h sur le nouveau mode ECO. Promettant un gain de consommation de 3% sur la plage totale d’utilisation du véhicule, ce système réduisant les frottement internes de la boite de vitesses se déclenche lorsqu’aucune pédale n’est actionnée. Une fonctionnalité qui méritera que l’on s’y attarde lors d’un prochain essai.

A la conduite, les promesses d’amélioration sont également visibles. Si le gain de poids annoncé de 2kg est à croire sur parole, le travail sur le convertisseur est nettement perceptible. Beaucoup plus réactive que l’EAT6, les rapports passent beaucoup plus rapidement et de façon encore plus transparente qu’auparavant. La boite est beaucoup plus sûre d’elle en conduite dynamique, et les petits moments d’hésitation de la boite EAT6 sont de l’histoire ancienne. Le mode Sport est toujours aussi sympathique à l’utilisation, avec ses petits à-coups volontaires lors des passages de rapports (qui sont passés plus rapidement, en 500ms seulement sur la GT 225, contre 850ms en Drive), son combiné qui devient totalement rouge, et la direction plus ferme. Dommage, la sonorité artificielle du moteur qui sort par les haut-parleurs semble encore plus fausse qu’auparavant. Amusant sur le moment, mais qui peut être lassant à la longue. Autre regret, le passage du rapport supérieur en mode Sport qui se fait toujours bien au-delà de la plage de couple maximal en automatique. Une belle occasion cependant d’afficher les graphiques de puissance sur l’écran et utiliser les palettes pour optimiser son utilisation.

Peugeot 308 GT 225 : une nouvelle référence sur le segment

Venons en aux moteurs maintenant. Impatients que nous sommes, nous n’avons pas pu résister à l’appel du nouveau moteur 1.6 PureTech 225 S&S, proposé exclusivement sur la finition haut de gamme GT. Avec cette nouvelle version, la principale évolution est, bien entendu, le passage de la boite manuelle à la boite automatique. Une nouveauté que vous serez certainement nombreux à apprécier, tant la disponibilité d’une boite automatique sur le moteur essence de la plage 200-220 chevaux est une demande récurrente depuis le lancement du Peugeot RCZ, en 2010, et l’apparition de la première version du THP 200.

Une face avant dynamique

Cette fois-ci, Peugeot vous a entendu, et fait carrément le grand écart puisque la boite manuelle à 6 rapports n’est plus disponible du tout. Un changement qui explique notamment les faibles écarts de performance par rapport à l’ancienne version de 205 chevaux.

Respectant les normes Euro6.c, le bloc 1.6 PureTech 225 embarque un certain nombre de modifications, à commencer par l’installation d’un filtre à particules, permettant de réduire leurs émissions de plus de 75% par rapport aux moteurs répondant seulement aux normes Euro6. Aussi, pour tenir la promesse de la réduction de la consommation, les modifications sont importantes, avec notamment un nouveau turbo plus performant, un meilleur système d’injection, et surtout l’application des nouveaux cycles d’homologation, qui s’annoncent plus fidèles à la réalité.

Sur la balance, les 20 chevaux supplémentaires et la boite automatique se traduisent par seulement 4kg supplémentaires. Pourtant libérés plus bas en régime (à 5500trs/min contre 6000 pour les 205 chevaux de l’ancienne version), le 0 à 100km/h ne s’améliore que d’un petit dixième, l’exercice étant abattu en 7,4 secondes en berline, ce qui est déjà très bon. Les chevaux se ressentent déjà plus sur le 1000m départ arrêté, qui se fait en 27,1 secondes, soit 0,8s de mieux qu’auparavant. Mais surtout, la boite automatique et le couple amélioré de 15Nm, à 300Nm, montrent leur potentiel sur les reprises, avec un 80-120 expédié en moins de 4 secondes, et qui procurent un sentiment de puissance palpable !

ESP permissif et déconnectable, châssis réglé au millimètre... Les conditions sont réunies pour s'amuser

De beaux chiffres qui sont sublimés par l’excellent comportement routier, qui fait oublier la forte linéarité du moteur, typique du bloc THP depuis ses premières versions. Bien que les routes étaient encore verglacées et mal déneigées par endroits, la voiture reste bien ancrée au bitume, accrochée à son cap, même à des vitesses plus soutenues que les autres usagers dans ces conditions de roulage. A noter par ailleurs, que notre véhicule d’essai était équipé de pneus Michelin Pilot Sport 3, pneus été donc. Nous vous laissons donc imaginer le comportement de la voiture avec des pneus hiver, plus adaptés à ces conditions de circulation.

Gros point positif, l’ESP a un comportement assez permissif sur cette version GT, se déclenchant de manière sporadique et corrigeant seulement les gros écarts. Et pour ceux qui souhaiteraient s’amuser à faire des glissades dans des endroits sécurisés, comme des parkings vides ou un circuit, la désactivation totale de l’antipatinage (même au dessus de 50km/h) permet de passer des bons moments.

Peugeot 308 PureTech et BlueHDi 130 EAT8 : un comportement dynamique rassurant

Les motorisations cœur de gamme ne sont pas en reste. Destinées à une cible de clientèle plus diversifiée et plus sage que les amateurs de GT, leur linéarité est donc un point fort, promettant un comportement sain en toutes circonstances. Coeur de gamme oblige, l’électronique vous rappelle à l’ordre plus rapidement si vous voulez jouer, et nos quelques tentatives se sont traduites par des échecs. Aussi, la bonne insonorisation et les efforts faits pour rendre le bloc BlueHDi 130 plus silencieux seront appréciés.

Elégance pour cette robe blanche (C) ePR Peugeot

Ce comportement beaucoup plus sage n’empêche pourtant pas de bonnes sensations de conduite, notamment pour la version essence, qui reprend également le filtre à particules, en passant. La sonorité typique des 3 cylindres est plus amusante que celle du 1.6, ce qui rend encore plus frustrante la sonorité artificielle du Driver Sport Pack. Grâce aux 2 rapports supplémentaires, l’agrément de conduite est bien entendu amélioré, même si les performances n’évoluent pas. Cependant, ce n’est pas bien grave, puisque ce PureTech 130 en boite automatique est probablement la meilleure combinaison proposée sur la Peugeot 308. Pour vous donner une meilleure idée de cet état de fait, nous vous proposons d’embarquer avec nous dans la montée des 17 tournants, qui met en valeur les prestations dynamiques de la Peugeot 308.

Mais l’agrément au quotidien se manifeste le plus avec le moteur 1.5 BlueHDi 130. Conçu pour rouler, il sait se faire discret et cruiser montre les améliorations sur la boite de vitesse, et notamment sa meilleure souplesse. Le petit creux à bas régime que nous avions pu constater avec la boite manuelle est gommé par l’EAT8, et les 16 soupapes améliorent significativement les performances, pour se rapprocher de celles du 2.0 BlueHDi 150, même si les chiffres restent un peu en deçà, 20 chevaux de moins oblige.

En tout cas, les progrès par rapport au 1.6 BlueHDi 120 sont palpables, et, petit plus pour les gros rouleurs, le remplissage d’AdBlue se fait désormais par la trappe à carburant, beaucoup plus pratique qu’au fond du coffre.

Le bilan de ce premier aperçu

Avec cette nouvelle boite automatique à 8 rapports et ses nouveaux moteurs, la Peugeot 308 se dote d’arguments supplémentaires qui la rend encore plus irrésistible. Ses points forts pré-existants, comme son redoutable châssis, sa belle qualité de finition, ou encore son design élégant tout en étant expressif sont toujours présents, tandis que ces nouveautés améliorent encore l’agrément, rendent les moteurs essence encore plus propres avec le nouveau filtre à particules, sans pour autant augmenter la consommation de carburant, point qui sera à vérifier lors d’un essai plus long.

Une voiture à retrouver d'urgence

Finalement, la proposition de Peugeot est tellement aboutie qu’il est difficile sur un essai rapide de déceler de gros défauts, qui ont par ailleurs été corrigés globalement lors du restylage. Notre seul vrai regret sera la conservation du combiné des premières versions, sans la possibilité de le troquer pour un combiné 100% numérique, comme sur les Peugeot 3008 et 5008. Nous reprendrons très prochainement le volant de ces nouvelles versions de la Peugeot 308, donc restez connectés pour ne rien rater de l’actualité de la marque !

La rédaction de Forum-Peugeot.com remercie chaleureusement les équipes de Peugeot France pour leur accueil tout au long de cette journée, exceptionnellement exceptionnelle 😉

Nous avons aimé

  • Les prestations de la boite EAT8, encore meilleure que son aïeule à 6 rapports, et sa commande électrique facile à prendre en main
  • Un comportement routier exceptionnel, sublimé par les conditions de circulation exceptionnelles
  • L’ESP totalement déconnectable sur la finition GT

Ce que nous aurions aimé

  • Un combiné 100% numérique, à la hauteur technologique de cette boite automatique
  • La sonorisation factice du moteur en mode Sport moins artificielle, ou mieux, le retour du Sound System sur la version GT
  • Un étagement des rapports moins long en mode Sport

Vous pouvez réagir à notre essai et poser des questions sur notre forum

Découvrez nos photos de cet essai de la Peugeot 308 en cliquant ici

Suivez Forum-Peugeot.com sur Facebook

Suivez Forum-Peugeot.com sur Twitter


Vous aimerez aussi :

Un très bon mois de janvier pour Peugeot

Les Carabinieri italiens en Peugeot 308 GTi by Peugeot Sport

Philippe était présent au Week-end MyPeugeot au circuit du Castellet