La Peugeot 208 GTi s’arrête, retour sur un nouveau mythe

Peugeot 208 GTi
La fin d’un chapitre

Sa fin de carrière était annoncée depuis plusieurs semaines, mais son arrêt effectif est passé plutôt inaperçu. En arrêtant la production de la silhouette 3 portes de sa berline fétiche à la fin du mois de juin, Peugeot a par conséquent précipité l’arrêt de la Peugeot 208 GTi, la version sportive chic ou radicale, suivant les versions. Une voiture souvent considérée comme la meilleure sportive de sa catégorie, en particulier dans sa version corrigée par Peugeot Sport, et que nous avions essayée en 2016. Pourtant, le pari d’imposer sa bombinette sur le marché était loin d’être gagné, compte tenu des relatifs échecs de ses devancières. Retour sur la carrière de la petite sportive de Peugeot des années 2010, la Peugeot 208 GTi.

Un segment de marché laissé en friche

Lorsque l’on évoque les petites Peugeot sportives, hormis la Peugeot 208 GTi, le modèle qui vient le plus souvent à l’esprit est la mythique Peugeot 205 GTi, grand succès des années 1980 et 1990, qui déchaîne encore les passions à travers ses clubs et rassemblement de propriétaires, à l’image des nombreux rendez-vous organisés par nos amis du club 205GTi Powers. Pourtant, Peugeot n’a jamais abandonné le marché des citadines sportives, et dans la vingtaine d’années qui sépare la Peugeot 208 GTi de son illustre aïeule, les modèles se sont succédés, avec beaucoup moins de succès.

Peugeot 206 RC
La Peugeot 206 RC sort en 2003

La Peugeot 206, voiture la plus vendue de l’histoire de la marque, et très populaire, a bien eue dès son lancement une version sportive baptisée S16, mais cette finition n’a jamais eue l’aura de la légendaire appellation GTi. Motorisée par le moteur essence 2.0 développant 137 chevaux, elle était sur le papier plus performante que la meilleure des Peugeot 205. Pourtant, le compte n’y était pas. Trop embourgeoisée, trop aseptisée, la Peugeot 206 S16 a pu se forger une légitimité comme une citadine Grand Tourisme, mais pas vraiment comme une sportive. Et l’appeler GTi à l’export n’y a pas changé grand chose. Conscient de cela, Peugeot passe un partenariat avec Lotus pour booster ce moteur, et dévoile en 2003 la Peugeot 206 RC équipée du 2.0 essence 177, ou GTi 180 sur les marchés anglophones. Une nouvelle appellation, qui fait bien sûr écho au WRC, où la marque est engagée et fait un malheur avec la Peugeot 206. Et une appellation teasée en 2002 par le duo Peugeot RC Pique et Carreau, 2 roadsters sportifs, dont l’un est justement équipé d’un moteur essence développant… 180 chevaux !

La présentation de la Peugeot 206 RC se veut également un peu plus radicale. Les grosses jantes de 17 pouces, baptisées Challenger, remplissent les passages de roue, un becquet prend place de série à l’arrière, tandis qu’à l’intérieur, les sièges classiques laissent la place à des baquets bien plus évocateurs. Mais le tout reste discret. Trop discret même, ce qui n’offre pas une grande visibilité pour la Peugeot 206 RC par rapport à l’exubérante Peugeot 205 GTi. Le moteur, très linéaire, offre quant à lui de meilleures prestations routières que sportives, malgré le nombre de chevaux. En bref, le carton n’est pas plein, et cette version ultime et peu diffusée sera arrêtée en 2006, lors du lancement de la Peugeot 207. Aujourd’hui, la Peugeot 206 RC revient légèrement dans la lumière et attire les collectionneurs, qui voient en elle une future bonne affaire spéculative.

Cette tentative manquée ne décourage pourtant pas les équipes de Peugeot, qui récidivent en 2007, avec la présentation de la Peugeot 207 RC. Dans cette nouvelle génération, le moteur change. Exit le gros moteur 2.0 atmosphérique, place ici au 1.6 THP développant 175 chevaux, issu de la collaboration avec BMW. Au programme, des performances brutes similaires à la Peugeot 206 RC, mais avec un tempérament plus rageur, et des reprises nettement meilleures, grâce au turbo. La petite différence qui lui permet de faire jeu égal avec la Renault Clio RS, bénéficiant pourtant de 25 chevaux de plus. Mais la Peugeot 207 RC suit la logique commencée avec les versions civiles de la berline poyvalente, et accentue son côté chic au détriment de son aspect sportif.

Peugeot 207 RC
Difficile de deviner de quelle version il s’agit

L’équipement est très complet, avec la possibilité d’opter pour le système de navigation couleur par exemple, mais on cherche la véritable distinction sportive. Pour le quidam, hormis le badge, la différence se fera par les jantes en alliage Pitlane, le béquet de toit, la double sortie d’échappement et les coques de rétroviseurs chromées. Mais si l’on ne fait pas trop attention, on peut rapidement la confondre avec une Peugeot 207 Griffe ou Féline. Lors du restylage, les différences sont encore plus réduites, puisque les coques de rétroviseurs repassent de la couleur de la carrosserie, et la face avant est désormais commune à toute la gamme. Les ventes ne seront d’ailleurs pas vraiment au rendez-vous, et la voiture est arrêtée sans tambours ni trompette à l’été 2011.

Bref, après plusieurs années de disette sportive, et avec une Peugeot 208 qui, lors de sa présentation, joue plus la carte du chic féminin que de la testostérone, le public n’attend pas impatiemment une nouvelle version sportive.

Le show-car salvateur en 2012

Pourtant, les espoirs renaissent en 2012, et plus particulièrement au Salon de Genève. Entre les Peugeot 208 civiles, qui font leur grand début commercial, trônent 2 show-cars préfigurant le futur de la gamme 208. Et si le premier, baptisé XY, joue clairement la carte du chic avec sa teinte violette et son ambiance feutrée, l’autre modèle attire nettement plus les visiteurs.

Cette voiture, c’est la Peugeot 208 GTi Concept.

Peugeot 208 GTi
La Peugeot 208 GTi Concept rallume la flamme

En quelques secondes, les espoirs perdus de longue date réapparaissent comme par enchantement, et tous les ingrédients ayant fait le succès populaire de la Peugeot 205 GTi refont surface. A commencer bien entendu par le nom, qui réutilise enfin officiellement les 3 lettres magiques qui font toute la différence. Aussi, bien que le typage reste plutôt discret (nous sommes loin de l’exubérance japonaise à la Honda ou les lames des Renault), il y en a assez pour faire la différence. Bas de caisse spécifiques et élargisseurs de passages de roues, grosses jantes de 17 pouces au dessin exclusif et bi-ton, projecteurs spéficiques avec un motif à damiers et des clignotants à LED, calandre flottante toujours à damiers avec une partie peinte en blanche, laissant apparaître le drapeau français… Le ton est donné, et nous ne nous sommes même pas encore attardés sur le reste de la voiture, comme le monogramme GTi sur la custode arrière repris de la 205, ou le diffuseur arrière spécifique avec une double sortie d’échappement en trapèze.

En montant à bord, on retrouve des sièges sport, comme sur la 205, revêtus de cuir et de tissu inspirés de la sellerie de la star des années 80. C’est chic, mais aussi terriblement sportif, et une multitude de détails renforcent cet aspect : planche de bord en Alcantara, inserts décoratifs noir et rouge, volant sport spécifique, pédalier et fonds de compteurs en aluminium inscrivent la Peugeot 208 dans la sportivité.

Peugeot 208 GTi
Duel de générations en 2013

Le moteur n’est pas en reste, avec sous le capot le 1.6 THP, mais porté à 200 chevaux. De quoi faire enfin jeu égal avec sa rivale de toujours, la Renault Clio, qui elle change de philosophie, en passant aux 5 portes. En bref, la guerre est relancée, avec de beaux atouts dans chacun des camps. La Peugeot 208 GTi de série débarque dans les concessions à la fin de l’année 2013, en conservant l’essentiel de ses attributs dévoilés sur le concept. La grosse différence sera le bandeau de planche de bord, qui troque l’Alcantara pour le Technotep, déjà vu sur le Peugeot RCZ. La Peugeot 208 GTi garde tout de même son côté chic inauguré par la 206 et amplifié par la 207, mais renoue avec un côté sportif assumé et de nombreuses références à la Peugeot 205 GTi, qui lui donnent dès sa présentation un premier succès d’estime. Le premier but est atteint, et Peugeot propose enfin une véritable devancière à la Peugeot 205 GTi.

Un trentième anniversaire au tournant radical

La Peugeot 208 GTi démarre sa carrière commerciale sous les meilleurs auspices, avec pas moins de 10000 exemplaires vendus la première année, soit mieux que la Peugeot 207 RC, qui s’est arrêtée à 9474 exemplaires, version SW RC incluse, et quasiment autant que la Peugeot 206 RC qui a franchi la barre des 13000 exemplaires. Et cette actualité commerciale va s’amplifier en 2014, puisque l’on fête alors les 30 ans de la Peugeot 205 GTi. Et pour cet anniversaire, Peugeot a mis les petits plats dans les grands, et les mots sont pesés. La marque proposera bien une série limitée, mais elle ira bien au delà du simple badge et équipements supplémentaires.

Avec la Peugeot 208 GTi 30th, c’est toutes les années de disette sportive qui ressortent des ingénieurs de Peugeot Sport, qui ont alors concocté une version radicale de la petite citadine du Lion. Et cette fois, point de bourgeoisie ! La Peugeot 208 GTi revêt cette fois véritablement son survêtement, à commencer par la teinte Coupe Franche, qui mélange le noir mat à l’avant avec le rouge vif à l’arrière. L’intégralité des liaisons au sol est revue par les ingénieurs de Peugeot Sport, pour un tempérament encore plus joueur et sportif, tout comme le moteur qui passe à 205 chevaux. Tandis qu’à bord, les sièges bacquet font leur grand retour. Côté esthétique, la moquette rouge fait en partie son retour, avec des surtapis spécifiques, par exemple.

Peugeot 208 GTi
Si vous hésitez en rouge et noir, vous pouvez prendre les 2 !

La Peugeot 208 GTi 30th, alors série limitée, connaît un beau succès et est rapidement vendue en totalité. Peugeot est définitivement de retour dans la course, et avec cette version, ne fait pas de la figuration. Pour le restylage lancé en 2015, cette version limitée intègre définitivement le catalogue, et devient la Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport. Se crée alors une véritable gamme de GTi, autour d’un même moteur 1.6 THP, poussé maintenant à 208 chevaux. La Peugeot 208 GTi de 2013 voit son côté chic renforcé, avec la possibilité d’opter pour une élégante sellerie en cuir Nappa, les teintes texturées du plus bel effet ou le toit panoramique en verre, alors que la Peugeot 208 GTi by Peugeot Sport incarne la radicalité avec sa Coupe Franche, qui sera par la suite proposée en Bleu Magnetic, et ses liaisons au sol spécifiques. La gamme Peugeot 208 GTi fera son petit bonhomme de chemin jusqu’à la fin du mois dernier, marqué par l’arrêt des berlines 3 portes, et par extension des versions GTi.

Il en reste une petite vingtaine disponible dans les stocks, et quelques arrivages, si vous souhaitez vous faire plaisir et en même temps faire une bonne affaire, il ne vous reste plus qu’à contacter votre commercial Peugeot préféré !

Et le futur ?

Comme vous le savez, la Peugeot 208 arrive en fin de carrière, et la seconde génération est attendue en 2019. Si nous avons que peu d’informations à ce jour sur une version GTi, la presse se plait à imaginer différentes possibilités, comme l’Automobile Magazine qui a signé le dernier dossier consacré à la Peugeot 208 de seconde génération. Bien que devant être officialisée dans quelques mois, nous ne savons encore pas grand chose d’elle, bien que les premiers prototypes camouflés avec la carrosserie définitive devraient bientôt pointer le bout de leur nez.

Peugeot 208 GTi
Changement de philosophie à venir

En attendant, il faudra se contenter de cette illustration de l’Automobile Magazine, qui, au delà de la proposition de design qui est sujette à caution, nous rappelle les grands changements qui seront opérés. A commencer par le nombre de portes. Car si la Peugeot 208 3 portes est arrêtée, ce n’est pas temporaire mais définitif puisque la nouvelle génération ne sera proposée qu’en 5 portes. La Peugeot 208 rentre donc dans le rang, et la Peugeot 208 GTi sera bien obligée de s’adapter à cela. Une signature lumineuse inspirée du concept-car Peugeot Fractal est bien attendue, tout comme la personnalisation avec le bi-ton.

Pour le reste, nous n’avons que des hypothèses. Si le moteur 1.6 PureTech 225 tient la corde pour s’installer sous une telle version, rien n’est moins sûr et peut-être qu’une nouvelle déclinaison du moteur 1.2 PureTech pourrait voir le jour. La boite automatique EAT8 pourrait également remplacer la boite manuelle à 6 rapports, mais il est encore trop tôt pour le dire.

Bref, encore beaucoup de choses sont à découvrir, et nous vous tiendrons informés au jour le jour sur la seconde génération de la Peugeot 208 !


Quels souvenirs avez-vous de la Peugeot 208 GTi ? Venez nous en parler sur notre forum

Suivez Forum-Peugeot.com sur Facebook

Suivez Forum-Peugeot.com sur Twitter

Suivez Forum-Peugeot.com sur Instagram


Vous aimerez aussi :

Rallycross

Rallycross : derniers tours de roue ce week-end

Ventes

Peugeot leader sur les véhicules particuliers en avril

Ventes

Peugeot leader des ventes en novembre 2018 !