Essai Peugeot 508 SW BlueHDI 130 EAT8

Ce mois-ci, nous prenons le volant d’un modèle un peu à contre-courant : La Peugeot 508 SW BlueHDi 130. Autrefois adulées, les motorisations diesel voient leur popularité décliner. Jugées polluantes par certains et couteuses à dépolluer pour d’autres, leur offre se réduit de mois en mois sur les différents modèles de la gamme. Peugeot 508 SW ne fait pas exception à la règle. Aujourd’hui, seul le moteur 1.5 BlueHDi 130 persiste au catalogue. De plus, les versions break sont souvent délaissées au profit des SUV plus tendance.

Mais alors que reste-il à cette Peugeot 508 SW BlueHDi 130 ? C’est à cette question que nous allons répondre dans notre essai.

Départ pour un trajet de plusieurs centaines de kilomètres vers la Haute-Savoie et le massif des Aravis. Objectif ? Apprécier les qualités routières et évaluer les consommations de carburant là où les moteurs diesel excellent : les routes et autoroutes.

En route pour l’essai de 508 SW BlueHDI 130

Peugeot 505 SW Bleu CelebesNous profitons d’un petit détour par Chamarande pour réaliser quelques clichés. Peugeot 508 SW est sans nul doute une des versions break les plus réussies de son segment. Avec sa ligne de pavillon basse et fuyante, elle s’inspire clairement des shooting break tel que le Mercedes CLA. La partie arrière est tout aussi dynamique avec un aspect large accentué par le bandeau noir intégrant les feux. La poupe très basse donne l’impression que le véhicule est bien assis sur ses grandes roues.

A bord, l’ambiance est sportive avec un poste de conduite enveloppant et un petit volant. L’ergonomie frise la perfection grâce au i-cockpit. Aux places arrières, l’habitabilité est généreuse et gagne même 7 cm en hauteur par rapport à la berline. Ceci permet notamment de faciliter l’installation d’un siège-auto enfant. Le toit ouvrant panoramique donne de la luminosité à un habitacle un peu sombre. Il s’agit selon nous d’une option incontournable pour ceux qui passent beaucoup de temps dans leur véhicule.

Enfin, le coffre est sans surprise plus volumineux que celui de la berline avec 530 litres soit 40 de plus. C’est bien mais loin d’être exceptionnel car sa Peugeot 505 SW Coffredevancière faisait mieux. D’autre part, 308 SW reste la référence avec ses 610 litres. 508 SW reprend le dessus avec son volume maximal une fois la banquette rabattue : 1780 litres.

Si les chiffres parlent d’eux même rien ne vaut un cas pratique. Lors du chargement de bagage, on s’aperçoit très vite que l’on ne pourra pas faire rentrer la même quantité que dans une 308 SW. On est très vite limité par la hauteur de chargement, en cause la lunette arrière très inclinée. Le positionnement des bagages demande plus de réflexion malgré une forme simple du coffre. Très vite, la seule solution est de rabattre une partie de la banquette qui heureusement est fractionnable 1/3 2/3.

Ce n’est pas le seul aspect pratique puisque le seuil de chargement est assez bas. En revanche, lorsque l’on transporte peu d’objet, le seul moyen de les maintenir est assuré par deux sangles latérales. Il est regrettable que les rails en aluminium ne soient disponibles que sur la version GT Pack, même pas en option sur Active Pack, Allure Pack ou GT.

L’autoroute: son terrain de jeu

A présent que les bagages sont chargés, direction l’autoroute. Mais avant cela, le premier parcours essentiellement routier avec un peu de ville nous permet déjà d’avoir un aperçu du faible appétit du BlueHDi 130. L’ordinateur de bord affiche une consommation d’à peine 4,8L/100km avec une conduite par toujours économique. Cette 508 annonce déjà la couleur ! En plus d’être économe, la lionne est confortable et très silencieuse. La sonorité du bloc diesel est très discrète. Un peu sonore à froid ou en charge à certains régimes, le BlueHDi 130 devient presque inaudible après plusieurs kilomètres à vitesse stabilisée.

Peugeot 505 SW Intérieur planche de bordUne fois inséré sur l’A6, régulateur activé à 136 km/h, on a à faire à une véritable machine à avaler les kilomètres ! Peugeot 508 SW est une véritable routière qui distille un confort remarquable. Sans suspension pilotée, le châssis absorbe certes un peu plus sèchement les raccords de chaussée mais cela reste un détail. Notez que l’Active Suspension Control est de toute façon indisponible sur la motorisation BlueHDi 130 même en option.

Mais globalement, l’amortissement est très bon avec un excellent compromis entre fermeté et moelleux. Le silence de fonctionnement est remarquable. Le moteur tournant à un régime de 2000 tr/min est très discret. De même, les bruits de roulement sont extrêmement réduits grâce aux pneumatiques à Ultra Basse Résistance au Roulement Michelin Primacy 215/55 R17 W.

Après plusieurs heures de conduite, on apprécie vraiment le confort des sièges. La sellerie cuir Claudia optionnelle de cette version Allure est même plus confortable que l’alcantara de la version GT Pack.

La motorisation BlueHDi 130 est largement suffisante sur autoroute. Les reprises sans être foudroyante restent franches. La boite de vitesse EAT8 reste essentiellement sur le 8ème rapport à 130 km/h. Et même dans les longues montées avant Beaune, la boite ne descend jamais sous le septième rapport.

Le seul reproche que l’on pourrait faire est un manque de frein moteur. Même en rétrogradant manuellement à l’aide des palettes au volant, il faut trop souvent freiner.

Des équipements de sécurité complets

Notre modèle dispose du Pack Drive Assist Plus qui inclus le régulateur de vitesse adaptatif couplé à l’aide au maintien de la position dans la voie. Déjà testé lors de nos essais précédents sur d’autres modèles, ce dispositif d’aide à la conduite fait partie des nombreux équipements de sécurité proposé sur 508.  Une fois activé, le régulateur de vitesse maintient la vitesse définie tout en respectant une distance avec les véhicules qui vous précèdent. La régulation fonctionne très bien mais se montre trop brutale. Lorsque la distance minimale approche, le véhicule freine au lieu de décélérer par anticipation. Il faut donc veiller à dépasser le véhicule qui vous précède avant sous peine de freinage intempestif. Espérons que dans un avenir proche il soit possible de matérialiser la distance à l’aide d’un affichage tête haute et ainsi anticiper le dépassement au mieux.

Le système de maintien dans la voie quant à lui s’active lorsque l’on cesse de sollicite le volant. Une confirmation avec un petit volant vert affiche sur le combiné. Le système « conduit » alors le véhicule automatiquement. Mais attention on est encore loin de la conduite autonome. Il faudra garder les mains sur le volant sans quoi une alerte retentira. De même, le dispositif est incapable d’effectuer des changements de voies. Ces dispositifs sont globalement fiables mais présentent dans de rares cas un comportement erratique. Le véhicule peut prendre une bretelle de sortie par erreur ou se mettre à accélérer subitement alors qu’un véhicule est devant vous.

Nous quittons l’autoroute après 500 km parcouru pour une ascension vers Le Grand Bornand. Faisons un bilan de notre trajet autoroutier. La consommation s’établie à 5,7L/100km. Ceci peut sembler un peu élevé mais n’oublions pas que le véhicule est chargé et que les derniers kilomètres affichent un dénivelé positif de plusieurs centaines de mètres.

Un châssis toujours de référence

Peugeot 505 SW Bleu Celebes Montagne NeigeAvec ses modestes 130 ch et un véhicule très chargé, on pourrait s’attendre à une conduite laborieuse en montagne. En réalité, le BlueHDi 130 se montre très vaillant pour affronter la pente. La boite automatique EAT8 très bien étagée permet d’exploiter à 100% le potentiel de la mécanique. Le couple de 300 Nm disponible dès 1750 tr/min permet une conduite souple et apaisée. Étonnement, le pilotage sur les petites routes sinueuses s’avère être un plaisir.

La boite de vitesse est très réactive et douce. Les changements de rapport sont quasi imperceptibles. Tout ceci contribue grandement à l’agrément du petit bloc diesel. La consommation est logiquement en hausse. La mécanique étant très sollicité, on dépasse les 8L /100km. Ce trajet montagnard révèle une tenue de route excellente. Le châssis est aussi affuté que les versions essence plus puissantes. Le roulis est presque absent. 508 SW enchaine les virages à vive allure avec une facilité déconcertante. La direction est très précise et le train avant incisif.

A notre arrivée, nous avons parcouru 550 km. Aucune fatigue liée à la conduite contrairement à d’autres véhicules du même segment. On peut sans souci envisager un trajet de 1000 km avec toujours autant de plaisir de conduite. D’autant plus qu’avant son réservoir de 55 litres, l’autonomie sur autoroute atteint 960 km donc 900 km sans ravitaillement en carburant en étant raisonnable.

Fin de notre première journée. Il nous tarde déjà de reprendre le volant le lendemain sur les routes dominées par le massif des Aravis. Cette 508 SW est tant agréable à conduite sur les petites routes sinueuses !

Conduite sur neige tout en douceur

Au petit matin, nous avons la surprise de découvrir les routes enneigées. N’étant pas chaussée de pneumatique hiver ni équipé de chaine, la situation s’annonce peu rassurante. Étonnamment, 508 SW s’en sort très bien. Le démarrage dans la neige se fait sans patinage même en montée. Les Michelin Primacy quasi neufs assurent un grip correct aidé par leur largeur contenue de 215. La boite EAT8 ne dispose pas de mode « neige » mais gère très bien la motricité en distillant le couple tout en douceur.

Peugeot 505 SW conduite sur neigeEn fin de matinée les routes sont dégagées, séchées par un soleil radieux. Nous poursuivons notre descente jusqu’à Thônes. Cette dernière étape en montagne met à rude épreuve les freins. Avec une masse de 1430 kg à vide mais vraisemblablement plus de 1600 kg lors de notre essai, le freinage manque parfois un peu de mordant. Mais, il demeure puissant lorsque l’on écrase franchement la pédale et reste facile à doser.

Nous terminons notre essai dans la soirée après avoir parcouru plusieurs centaines de kilomètres. Le plaisir de conduite reste intact, sans la moindre fatigue.

Hybrid ou BlueHDi ?

Comme on a pu le constater lors de cet essai, Peugeot 508 SW BlueHDi 130 est une véritable routière qui vous fera traverser la France voire l’Europe dans un confort incomparable avec des consommations records et donc de faible émission de CO2. Mais alors, cette version diesel serait-elle plus écologique que la version hybride essence ? Tout dépendra des usages. Mais pour de longs trajets routiers ou autoroutiers la réponse est oui. La motorisation BlueHDi 130 consomme environs 5,7L/100km sur autoroute. Peugeot 508 Hybrid 225 atteint 6,5 L / 100 km une fois la batterie déchargée donc rejettera plus de CO2. Le seul moyen pour l’hybride essence d’être plus économique que le diesel serait de recharger la batterie fréquemment avec les contraintes que cela représente (trouver une borne fonctionnelle, patienter le temps de la charge complète soit au minimum 1h30, etc…). Ce n’est clairement pas le terrain de jeu de l’hybride qui préférera des trajets quotidiens de moins de 100 km avec une charge en journée. Puis de plus longs trajets occasionnels tout en s’affranchissant des contrainte d’une version 100% électrique.Peugeot 505 SW BlueHDi 130 Bleu Celebes

Les berlines break sont-ils encore dans le coup ? Par rapport à un SUV tel que 5008, Peugeot 508 SW souffre d’un volume de coffre plus faible. Le grand SUV fait mieux avec 780 litres pour un encombrement moindre (14cm de moins en longueur) et une habitabilité bien meilleure. Reste à 508 SW son châssis de berline procurant un plaisir de conduite supérieur, une consommation moindre et sa ligne à couper le souffle.

Conclusion

Pour conclure, cette version break diesel est loin d’être désuète et séduira les amateurs de berline économique avec ses nombreuses qualités : confort, tenue de route, consommation basse.

Le BlueHDI reste encore une offre incontournable pour bon nombre d’utilisateur effectuant fréquemment de longs trajets. A l’heure actuel, aucune offre hybride ou 100% électrique n’est capable de rivaliser avec ces motorisations diesel dans ces conditions d’utilisation.

Discuter de cet article sur notre forum consacré à la Peugeot 508

Peugeot 505 SW Sellerie Cuir Claudia Peugeot 505 SW BlueHDi 130 conduite sur neige

Peugeot 505 SW Toit ouvrant panoramique Peugeot 508 SW siège-auto enfant


Vous aimerez aussi :

Dernier essai

Essai du 5008-II phase 2 GT PT 180 Rouge Ultimate Black Pack

Dernier essai

Le Peugeot 3008 HYbrid 225 à l’essai : un soupçon de futur

Dernier essai

Essai Peugeot e-2008, le SUV 100% électrique du Lion