Peugeot 3008 GT Line PureTech 180 S&S EAT8 à l’essai

La gamme du SUV star Peugeot 3008 poursuit son évolution. Après l’introduction progressive dans la gamme de la boite automatique à huit rapports EAT8 (que nous avons essayée l’année dernière sur la version GT) et l’arrivée du 1.5 BlueHDi 130, c’est au tour du 1.6 PureTech 180 de faire son entrée. Par rapport au 1.6 THP 165 qu’il remplace, la puissance est accrue de 15 chevaux tandis que le couple passe de 240 Nm à 1400 tr/min à 250 Nm à 1650 tr/min. Mais le changement majeur se situe bien entendu au niveau de sa transmission. Cette nouvelle version dispose à présent d’une boite de vitesse automatique à huit rapports EAT8 qui remplace l’EAT6. Sur le papier, cela se traduit par un gain de presque une seconde à l’exercice du 0 à 100km/h et du 1000 mètres départ arrêté. Les reprises progressent aussi puisque le 80 à 120 km/h passe de 6,1 secondes à 4,8 secondes. Des chiffres intéressants, que nous avons voulu vérifier sur la route.

Le Peugeot 3008, la référence des SUV

peugeot-3008-puretech-180-01Notre modèle d’essai est un Peugeot 3008 GT-Line disposant des options : alarme, barres de toit aluminium, hayon mains libres, Pack City 2, Pack Drive Assist, Pack électrique et massage, pare-brise chauffant, recharge smartphone sans fil, prise 220 volts et roue de secours galette. Esthétiquement, rien ne différencie cette version essence de 180 chevaux d’une autre motorisation dans la finition GT-Line. Nous retrouvons donc entre autres les projecteurs Full LED et sa face avant spécifique, les lécheurs de vitres chromés, ou encore les canules d’échappement dans le diffuseur.

La ligne n’a pas pris une ride depuis son lancement en 2016. Le Peugeot 3008 est toujours autant plébiscité par le public. Il n’est donc pas étonnant de le retrouver régulièrement dans le Top 3 des meilleures ventes en France.

Notez en revanche que le PureTech 180 n’est pas proposé sur la finition haut de gamme GT. Il faudra donc passer par la liste des options pour égaler la finition haute de la gamme.

Un Peugeot i-Cockpit au top !

L’installation au poste de conduite est aisée. On trouve facilement la position de conduite idéale grâce aux nombreux réglages. L’ergonomie est excellente avec toutes les commandes à portée de main dont les leviers de type « toggle switches ». Le volant compact en cuir pleine fleur apporte un réel plus par rapport à la concurrence, offrant une visibilité de l’instrumentation inégalée. Le combiné d’instrumentation tête-haute dispose de série d’une dalle numérique haute résolution de 12,3 pouces. L’affichage peugeot-3008-puretech-180-08est entièrement personnalisable. Cinq modes sont déjà paramétrés : cadrans, navigation, conduite, minimal et ordinateur de bord. Ils sont facilement accessibles via la molette sur le volant. Le mode « personnel » permet de choisir le type d’information à afficher parmi les neufs proposés, ce qui est pratique pour avoir les informations importantes pour soi sous les yeux en permanence.

L’écran tactile de 8 pouces situé en position haute est très accessible et plus réactif que les première génération, que l’on retrouvait notamment sur les Peugeot 208 et 308. Néanmoins, il demeure encore de nombreux ralentissements lors de la sélection de certains menus où l’affichage tarde à apparaitre, en particulier au démarrage de la voiture. Des mises à jour régulières (à installer soi-même) sont toutefois proposées par Peugeot pour améliorer continuellement le système multimédia.

8 rapports qui changent tout

La nouvelle commande de boite de l’EAT8 dite « Shift and Park by wire » s’intègre parfaitement dans la planche de bord au design très moderne. La sélection mécanique par cran très ferme disparait au profit d’une sélection par de brèves impulsions douces vers l’avant ou l’arrière pour changer de mode. Contrairement aux Peugeot 308 et 508, le mode Eco n’est pas proposé, seul le mode « Sport » est présent.

Enfin autre nouveautés lié à cette commande de boite « by wire », la possibilité pour le Park Assist de gérer automatiquement la marche avant et la marche arrière pendant les manœuvres de stationnement. Si le Peugeot 3008 ne propose pas encore le Full Park Assist présent sur la nouvelle Peugeot 508, cela ne saurait tarder.

Le moteur démarre après une pression sur le bouton situé sur la console centrale. Aucune vibration, le moteur est quasiment inaudible, seul le compte-tour trahit son activité. Notez qu’il il faut désormais penser à déverrouiller le sélecteur en pressant le bouton « unlock » situé en haut à gauche du levier pour passer en Drive.

Des performances au rendez-vous

peugeot-3008-puretech-180-10Par rapport à la version PureTech 165 S&S EAT6, notre modèle d’essai progresse considérablement. Les deux rapports supplémentaires et l’augmentation du couple et de la puissance donnent au Peugeot 3008 de belles performances. Les rapports un peu longs sur l’EAT6 sont raccourcis grâce au deux rapports supplémentaires. Les changements de rapports sont aussi plus rapides. Ce moteur essence surpasse la version diesel de 180 chevaux avec un écart d’un peu plus d’une seconde au 1000 DA et en reprise de 80 à 120 km/h. Les différences peuvent sembler bien mince entre version gazole et essence mais à l’usage leur caractère est très différent. Le PureTech offre des montées en régime vigoureuses sans la rugosité du bloc HDi. Une main de fer dans un gant de velours en somme. De plus, la sonorité du PureTech, sans être d’une harmonie exceptionnelle est nettement plus discret que son homologue HDi, bien plus rugueux. Si cela est un grief sur la Peugeot 508, ici sur un SUV le manque de caractère du PureTech et sa linéarité importe bien peu compte tenu de l’absence de vocation sportive du véhicule. Le nouveau PureTech 180 associé la boite EAT8 est une très belle réussite sur Peugeot 3008 !

De quoi oublier rapidement la traditionnelle boite manuelle, qui n’est pas proposée sur cette motorisation.

Une tenue de route de référence

Au chapitre du comportement routier et du confort, le Peugeot 3008 confirme sa réputation. Les qualités sont d’autant plus exacerbées avec cette version essence affichant 50 kg de moins sur la balance que le BlueHDi 180. Ce gain porte essentiellement sur le train avant. Cela se traduit par une meilleure agilité sur route lors d’enchainement de virages serrés. On notera juste un pompage un peu plus marqué par rapport à une compacte ou une berline compte tenu de son gabarit. Sans pour autant égaler les Peugeot 308 et 508 bien sûr, les qualités de son châssis suffisent à tenir à distance la majorité de ses concurrentes directes.

Le confort n’est pas en reste avec un assez bon filtrage dans cette finition GT-Line chaussé en 18 pouces et doté d’une suspension moins raide que la GT. La discrétion du bloc essence contribue également grandement au confort des occupants grâce à un plus grand silence à bord.

Le régulateur de vitesse adaptatif est proposé en option avec le Pack Drive Assist. En plus d’assurer le maintien de la vitesse, il ajuste automatiquement la peugeot-3008-puretech-180-16distance avec le véhicule qui vous précède. Ce dispositif est très efficace et constitue un élément de sécurité indéniable. Il demande malgré tout une anticipation du conducteur lors des dépassements sous peine de ralentissements intempestifs à l’approche d’un véhicule. Même chose lorsqu’un véhicule vient s’intercaler devant vous. Ces successions de freinage et d’accélération engendre une surconsommation non négligeable sur autoroute avec une moyenne de 9L/100km. En tachant d’anticiper ses évènements ou bien en désactivant le régulateur, la consommation descend à 8L/100km.

Un appétit maitrisé

Sans pour autant être d’une sobriété exceptionnelle, le PureTech 180 reste plutôt raisonnable sur un SUV. Sur un parcours type mêlant un peu de ville, de la départementale et un peu de voie rapide on arrive à 7,5 L/100km. La version BlueHDi 180 quant à elle peine à descendre sous les 6,5 L/100km. Malgré sa consommation supérieure, la version essence conserve un avantage financier supérieur avec son tarif catalogue inférieur de 3200€ soit 2000 litres de sans plomb. Notez que le malus n’est que de 80 €. La version BlueHDi 180 s’adresse donc en priorité aux très gros rouleurs, ou pour ceux qui veulent absolument la version GT et sa sellerie en Alcantara.

Conclusion

Pour conclure cet essai, cette version 1.6 PureTech 180 EAT8 nous a agréablement surpris. La nouvelle boite automatique opère un changement radical apportant plus de tonus au Peugeot 3008. Elle se marie à merveille avec cette motorisation essence très performante. Cette dernière offre au SUV star de la Marque un agrément de conduite de haut niveau, surpassant sans peine la version BlueHDi 180 pourtant doté d’un couple supérieur. Sa consommation un peu élevée n’efface en rien ses qualités d’autant plus qu’elle s’avère beaucoup moins onéreuse à l’achat.


Vous aimerez aussi :

Ventes

Le million de Peugeot 308 et 500 000 Peugeot 3008 produites à Sochaux

Ventes

Peugeot leader des ventes en novembre 2018 !

Actualité

La production du moteur PureTech démarre à Tychy