Essai Peugeot e-2008, le SUV 100% électrique du Lion

Lancé au début de l’année, Peugeot e-2008 est aujourd’hui dans le top 10 des véhicules électriques les plus vendus en France. L’engouement pour cet version 100% électrique est-elle justifiée ? Nous allons le découvrir au fil de notre article.

Peugeot e-2008 GT Line rouge Elixir vue avant calandre

Peugeot e-2008 est le second maillon de l’électrification de la nouvelle gamme Peugeot. Après Peugeot e-208, Peugeot 2008 se dote de la même chaine de traction électrique avec une batterie de 50kWh et une motorisation de 100 kW soit 136ch.

 

Basé sur la même plateforme que 208, Nouveau Peugeot 2008 est un vrai SUV contrairement à l’ancienne génération qui rappelait plus un break baroudeur. La nouvelle version est plus réussie esthétiquement avec ses flancs sculptés et son capot plat. Notre modèle d’essai en finition GT Line attire les regards des passants. Les nombreux éléments noir brillant tranchent avec la teinte Rouge Elixir. Cette version électrique se distingue par sa calandre spécifique. Elle intègre une grille supérieure noir grainée avec marquage horizontal de la même teinte que la carrosserie soit ici rouge. La grille inférieure reprend un décor « Métallure » avec un enjoliveur supérieur couleur caisse. Le Lion se pare d’un aspect Dichroïque, signature des versions électriques Peugeot.

Un habitacle High-Tech

A bord, on retrouve la même planche de bord que Peugeot 208 ici positionné un peu plus haut : SUV oblige. Notre finition GT Line bénéficie d’une Sellerie tri-matière tissu CAPY / TEP avec des Planche de bord Peugeot e-2008 habitacle intérieursurpiqûres Vert Adamite. Une touche de couleur qui égaie très peu une ambiance assez sombre. La version GT offre un habitable un plus lumineux avec sa sellerie Alcantara® Gris Gréval que nous avions pu apprécie lors de notre essai de Peugeot 5008 Hybrid 225.

Peugeot e-2008 conserve la même habitabilité et le même volume de rangement que les versions thermiques. Ceci a été rendu possible grâce à la nouvelle plateforme prévue dès la conception pour accueillir un pack batterie. Le coffre affiche donc un volume de 405 litres. Il dispose même d’un volume d’environs 20 litres sous le plancher amovible. Ce dernier permettant d’obtenir un plancher plat une fois les banquette arrière rabattues.

Une fois installé au volant, les habitués du i-cockpit ne seront pas dépaysés. L’ergonomie du concept se bonifie avec le temps. Pour les novices, il faudra prendre garde à ne pas régler son volant trop haut comme un utilitaire mais plus bas comme une sportive. Ainsi,  la jante du volant ne masquera pas l’écran. Peugeot e-2008 va plus loin avec son i-cockpit 3D. A la mise en route, une très belle animation avec le logo Peugeot met en valeur l’effet 3D. Une lame permet l’affichage d’information plus importante ou urgente plus près de l’œil du conducteur pour plus de réactivité. Cette évolution donne plus de profondeur à l’affichage et renforce son côté high-tech. De plus, cette version électrique affiche des informations spécifiques comme l’autonomie en km ou l’état de charge de la batterie.

Plaisir de conduire

Le démarrage est totalement silencieux, seul l’affichage « Ready » sur le combiné confirme que le véhicule est prêt à partir. Les premiers tours de roues se font dans un silence presque total. Bien évidemment la motorisation électrique y contribue essentiellement. Mais, soulignons également la très bonne insonorisation qui réduit fortement les bruits de roulement et aérodynamiques. Ce niveau de confort acoustique est habituellement réservé au segment supérieur.

En ville, Peugeot e-2008 est très agréable. La douceur et la réactivité du moteur électrique rend la conduite très agréable. Le seul reproche qu’on pourrait faire concerne les suspensions assez fermes. Autant aux places avant cela reste acceptable autant à l’arrière les passagers trouveront très vite cela inconfortable sur chaussée pavé par exemple.

Trois niveaux de puissance

Un sélecteur situé devant l’accoudoir central permet de choisir trois modes de conduite. Le mode « Normal » est celui par défini par défaut. La consommation d’énergie est légèrement réduite en diminuant le couple et la puissance du moteur à 109ch. Le mode « Eco » va plus loin en réduisant la puissance à 82ch et en diminuant les performances du chauffage et de la climatisation. Enfin le mode « Sport » délivre l’intégralité de la puissance soit 136ch, la sensibilité de l’accélérateur est accrue et l’assistance sur la direction un peu affermie.

Nous avons trouvé le sélecteur de mode est très mal situé. Il est bien trop en arrière de la console centrale ce qui rend son usage en conduisant peu pratique. A notre avis, il faudrait pouvoir utiliser les palettes au volant pour pouvoir passer du mode Eco, Normal ou Sport. Ainsi, on pourrait choisir aisément la puissance requise au plus près des conditions de circulation. Espérons que Peugeot s’inspire de cette remarque pour les prochaines évolutions.

Peugeot e-2008 i-cockpit 3D mode eco

Un mode « Eco » concluant

En ville, le mode « Normal » est largement suffisant offrant une grande réactivité tout en restant assez doux. Les démarrages s’effectuent sans le moindre à coups et les accélérations restent franches jusqu’à 60 km/h. On peut sans crainte passer en mode « Eco » en milieu urbain. On ressent immédiatement une sensation de bridage. Dans ces conditions, les accélérations sont logiquement plus laborieuses mais cela n’est pas pénalisant. Même sur route, le mode « Eco » est tout à fait utilisable, il faudra juste faire preuve de plus d’anticipation notamment lors de phase d’insertion.

Nous l’avons utilisé sur un trajet Poissy – Saclay et Arpajon – Montgeron sans que cela rend le parcours pénible. Sur voie rapide et autoroute, le mode « Eco » trouve ses limites et il est alors préférable de passer en mode « Normal » ou « Sport ». Ce dernier mode offre des sensations de conduite plus dynamiques. La réactivité est maximum et les accélérations franches. Ainsi, les performances sont proches de la version thermique Puretech 130 voire même de la version Puretech 155 en dessous de 60 km/h. En effet, le moteur électrique à tendance à s’essouffler lorsque le régime moteur augmente.

Une tenue de route made in Peugeot

Ce mode « Sport » offre beaucoup de plaisir. D’autant plus que le châssis est à la hauteur ! En conduite rapide sur un parcours avec de nombreux virages, Peugeot e-2008 se remontre très efficace. Le roulis est très bien maitrisé et le train avant toujours précis et incisif. Lorsque la chaussée est déformée, les mouvements de caisse restent bien maitrisés avec peu de pompage contrairement au Peugeot 3008 Hybrid4. Rien à dire sur la direction, précise même en point milieu avec une assistance bien dosée. Peugeot reste fidèle à sa réputation de plaisir de conduite même avec un SUV.

Un freinage perfectible

Le freinage vient calmer les ardeurs d’une conduite un peu sportive. Ce dernier manque un peu de mordant. Le freinage « mécanique » tarde à venir après le freinage régénératif lors de l’appuie sur la pédale de frein. De plus, lors de freinage très appuies en descente le véhicule tarde à s’immobiliser par rapport au version thermique.

Peugeot e-2008 possède à l’instar de e-208 et des versions hybrides rechargeable un mode B ou freinage régénératif. Ainsi lorsque la pédale d’accélérateur est relâchée, la batterie se recharge. Nous avons trouvé dommage qu’il faille réactiver le mode B à chaque redémarrage. On devrait pouvoir depuis le menu « véhicule » l’activer en permanence par défaut. En effet, il est difficile de se passer de ce mode lorsqu’on l’a utilisé quelques kilomètres. Peugeot pourrait même aller plus loin. Plusieurs réglages du mode B depuis les menus seraient bienvenus. Ainsi, il serait possible de définir deux ou trois niveaux d’intensité de freinage régénératif plus puissant.

Venons-en à l’autonomie. Lors de notre essai nous avons consommé 14,9kWh / 100km en moyenne avec une conduite pas toujours économique Une autonomie d’un peu plus de 300km est tout à fait réaliste si les conditions sont optimales (température entre 15 et 20°C et mode « Eco » utilisé le plus souvent possible). En hiver, l’autonomie descendra à 200 km. Afin de solliciter le moins possible la résistance du chauffage de 5kW lorsqu’il fait froid, il ne faut pas hésiter à utiliser le pré conditionnement thermique lorsque le véhicule est en charge. Ainsi, l’habitacle sera déjà à 19°C environs lorsque vous prendrez la route. Malgré tout, l’autonomie en condition hivernale reste très raisonnable pour un trajet aller-retour domicile travail qui ne dépasse pas 50 km en moyenne en France, voire pour des déplacements privés plus longs.

En charge

Trappe connecteur type 2 Peugeot e-2008La charge du véhicule est identique à e-208 ainsi qu’aux modèles hybrides rechargeables de la gamme Peugeot. La trappe à carburant intègre un connecteur type 2 avec en plus un connecteur situé dessous pour la charge en courant continue. Les deux ensembles constituent un connecteur de type CCS permettant une charge rapide en courant continue jusqu’à 100kWh. Ainsi il est possible de retrouver 80% de la charge en à peine 30 minutes. Malheureusement ces bornes restent très rares même en Ile de France et il ne nous a pas été possible d’en tester une.

Les autres bornes publiques permettent ne charge en courant alternatif triphasé à 11kW avec le chargeur optionnel ou de série à 7,4 kW en monophasé. Lors de notre essai nous n’avons pas rencontré de souci lors de la charge sur bornes publiques. Les applications actuellement disponibles permettent de s’assurer de leur bon fonctionnement grâce aux commentaires des utilisateurs notamment avec ChargeMap. Par ailleurs, nous avons également apprécié la solution de Shell NewMotion dont les bornes font parties des modèles les plus faciles à utiliser (pas de trappe commandée, ou de badge difficile à lire).

A son domicile, plusieurs solutions s’offrent à vous: de la WallBox 11kW à la prise standard. Pour cette dernière il faudra être patient et attendre environs 30 heures pour une charge complète. La solution intermédiaire de la prise Legrand Green Up est un bon compris. Elle reste facile à installer par un particulier qui a quelques notions de base et permet une charge complète en 16h. Peugeot fournit de série un câble de charge sur prise secteur standard (8A) également compatible Green Up (14/16A). Pour le câble type 2, il faudra s’en procurer une en accessoire entre 150 et 250 € pour pouvoir charger sur une wallbox ou une borne publique.

Peugeot e-2008 sur borne public en charge avec câble type 2

Économique ?

Nous terminerons cet essai avec le chapitre budget. Peugeot e-2008 GT Line est affiché au catalogue 41650 € auquel on peut déduire une maigre remise de 3% en concession. Chez les mandataires les remises oscillent entre 10 et 13% soit 2 ou 3 points de moins qu’une version diesel. Il faudra ensuite déduire le bonus de 7000€. Si vous avez la possibilité de mettre au rebus un véhicule immatriculé avant 2011 (diesel) ou 2006 (essence), vous pouvez bénéficier d’une prime à la conversion. En cumulant avec le bonus vous pouvait bénéficier d’une aide de 8500 à 11000€ auquel peuvent s’ajouter 1000€ en fonction de votre lieu de résidence.

Avec le bonus seul, Peugeot e-2008 revient à 34350€ soit 3000€ de plus que la version BlueHDI 130. Un surcout conséquent qui requiert de parcourir plus de 90.000km pour l’amortir ou la moitié seulement si vous pouvez recharger gratuitement. En revanche, si vous êtes éligible à la prime de conversion Peugeot e-2008 ne vous coutera qu’entre 30650€ et 33150€. Dans cas pas d’hésitation pour la version électrique.

Conclusion

Peugeot e-2008 nous a vraiment séduit ! On oubliera très vite quelques défauts comme une suspension trop ferme, un freinage perfectible ou un tarif élevé sans prime à la conversion. Ce SUV électrique procure un réel plaisir de conduite : douceur, réactivité, silence. A tel point que l’aspect écologique et économique passe au second plan. Avec un design aussi attractif comment ne pas résister ?

Discuter de cet article sur notre forum

 


Vous aimerez aussi :

Dernier essai

Les nouveaux Peugeot 3008 et 5008 à l’essai : les rois Lions de retour

Dernier essai

Peugeot 3008 GT Line PureTech 180 S&S EAT8 à l’essai

Ventes

Peugeot leader des ventes en novembre 2018 !