Nouveau SUV Peugeot 3008 : la star passe à l’électrique

Le renouvellement d’un modèle à grand succès est toujours un événement, celui du SUV Peugeot 3008, véritable best-seller du Lion, en est un assurément. Après 7 ans d’une carrière menée aux quatre coins du monde, avec plus de 1,3 million d’exemplaires produits, le SUV compact de Peugeot se dévoile dans une toute nouvelle génération, avec des nouveautés à tous les chapitres. Nouvelle allure de SUV fastback (comme vous avez pu l’apercevoir cet été lors des derniers essais de roulage), électrification à tous les étages avec une nouvelle plateforme, nouveaux équipements, avec l’objectif de rester une des références du segment pour une génération supplémentaire. Un défi de taille pour deux principales raisons, le renouvellement d’un succès commercial étant toujours compliqué, et le marché automobile est en pleine mutation en Europe.

Pour faire connaissance avec le nouveau SUV Peugeot 3008, nous nous sommes rendus à Sochaux, où il est fabriqué, et en découvrir tous ses détails dès sa révélation !

Le nouveau Peugeot 3008 redynamise sa ligne

Le style extérieur du Peugeot 3008 a été conceptuel dès la première génération, apparue en 2009. Défrichant alors l’univers du crossover, mêlant les codes du SUV sur une coque plutôt perçue de monospace, il défrichait alors un segment balbutiant mais voué à croître considérablement, avec à la clé un succès commercial. Les équipes de Peugeot ont renouvelé l’exploit en 2016, avec la seconde génération, bien plus ancrée dans les codes du SUV, désormais bien implanté sur le marché, mais avec des lignes là encore très conceptuelles, plus acérées, largement inspirées du Peugeot Quartz. A nouveau, succès commercial et référence du segment sur un marché désormais en plein boom.

A l’aube de 2024, Peugeot réitère donc l’opération pour la troisième fois. Fidèle à sa philosophie, la nouvelle génération du Peugeot 3008 explore désormais les codes du SUV coupé, silhouette désormais en plein essor. En résulte une silhouette générale plus râblée que sur la précédente génération, typée fastback, notamment visible sur la partie arrière, avec une ligne de pavillon plus fuyante et la lunette arrière très inclinée. Pour autant, le saut de génération est moins marqué qu’il y a 7 ans sur le profil, nous retrouvons aisément certains éléments de style du SUV, notamment la forme du vitrage latéral, aux lignes saillantes avec un décroché au niveau de la custode arrière, triangulaire. L’habillage supérieur des vitres est également connu, avec un jonc laque satinée Gris Météore d’un seul tenant, en lieu et place du chrome complètement banni, se terminant aux extrémités de la lunette arrière, en triangle. A noter également, la dissimulation des joints d’étanchéité des vitres latérales dans les portes, comme sur la DS 3, participant à la simplification des lignes. Les codes de la Peugeot 408 se font eux plus visibles au niveau des bas de caisse, très structurés avec des lignes très géométriques, et par les jantes au design toujours aussi disruptifs, disponibles en 19 et 20 pouces suivant la version.

A l’avant, l’évolution du design est bien plus radicale. A mi-chemin entre une Peugeot 508 et le concept-car Peugeot Inception, le nouveau Peugeot 3008 interpelle, fidèle à sa philosophie. Avec des lignes de style globalement très saillantes, le nouveau Peugeot 3008 s’inspire également de la berline Peugeot 408. Le SUV a toutefois sa propre personnalité, incarnée en premier lieu par la ligne en U inversé qui parcourt toute la largeur du bouclier. Plutôt inédite à l’avant d’un véhicule, cette ligne, qui démarre dans les écopes latérales en surlignant la grille de calandre, apporte beaucoup de largeur à la voiture, ce qui pouvait manquer à la seconde génération. La calandre interpelle par extension, par sa forme qui devient plus ovoïde, et sa volonté de se faire discrète, en prenant la teinte de la carrosserie, une nouvelle tradition chez Peugeot. En son centre trône le nouveau blason de la marque, qui s’impose désormais sur quasiment toute la gamme. Plus lisible que sur la Peugeot 308, il adopte une finition mate. Autour, nous retrouvons la signature lumineuse à 3 griffes, qui apportent une petite dose d’agressivité dans le design, surlignées par les discrets projecteurs Pixel LED, qui prolongent subtilement les griffes sur la version GT. Discret, le mot est faible pour désigner les projecteurs, qui se fondent dans la face avant pour deux raisons : la première, leur format, avec une épaisseur réduite au strict minimum, la seconde, leur jonction par un bandeau noir laqué, inédit sur une Peugeot à l’avant, qui détourne le regard vers le monogramme 3008 au centre et le blason de la marque positionné juste en dessous. Dommage que les équipes design ne soient pas allées à l’extrême de l’exercice en supprimant l’insert façon inox à l’intérieur des projecteurs, pour donner l’illusion de projecteurs totalement dissimulés.

La partie arrière du nouveau Peugeot 3008 est tout aussi étonnante. Plus monolithique que sur la précédente génération, du fait de son positionnement comme un SUV fastback, mais aux lignes tout aussi tranchantes que le reste de la voiture, elle se dynamise avec les lignes centrales formant un trapèze et permettant de suivre les courbes de la lunette arrière. En ressort quelque chose de plutôt structuré, se distinguant des SUV coupé du segment, assez massifs. La bandeau noir laqué reliant les feux à LED participe à cette structure, en dévoilant un aileron en partie haute de la malle. Le becquet de toit flottant se veut lui imposant, singeant les oreilles de chat de la Peugeot 408 et en laissant passer l’air en partie centrale, assez inédit là encore chez Peugeot. En partie basse, le diffuseur se veut imposant mais moins proéminent que sur une Peugeot 408. Aussi inédit chez Peugeot, le monogramme 3008 prend position au centre du volet de coffre, alors que nous étions jusqu’alors plutôt habitué à le voir sur le côté. A noter que l’habillage de ce diffuseur, des bas de caisse et des élargisseurs de roue passent au noir laqué sur la finition GT, encore une première !

A bord, écran panoramique et montée en gamme continue

En montant à bord du nouveau Peugeot 3008, nous sommes bien entendus beaucoup moins surpris, puisque nous retrouvons la planche de bord dévoilée début juin, nommée Panoramic i-Cockpit. Toutefois, fidèle à sa philosophie, nous retrouvons un habitacle qui propose beaucoup d’allure avec un aspect technologique. L’intérieur de la première génération se voulait très inspirée de l’aéronautique, avec les Toggles Switches ou l’affichage tête haute rétractable, celui de la seconde génération a digitalisé le Peugeot i-Cockpit. Pour cette troisième génération, le Peugeot 3008 continue de renouveler ses codes avec le Panoramic i-Cockpit, regroupant sur une seule dalle de 21 pouces le combiné digital et l’écran tactile pour le multimédia.

Incurvée et flottante, elle affiche un rendu assez spectaculaire encore inédit dans une Peugeot. Résolution haute définition, animations graphiques revues et encore modernisées, dalle à la taille jamais vue sur une voiture française, le nouveau Peugeot 3008 est décidément l’acteur de grandes premières. Sur cet écran unique, la partie gauche est dédiée au combiné tête haute personnalisable, avec la présentation et l’ergonomie que nous connaissons déjà des Peugeot 308 et 408. Un bandeau vertical en partie centrale propose le bouton d’accueil et un raccourci vers le menu d’aides à la conduite, facilement accessible du conducteur. La partie de droite est dévolue au système multimédia Peugeot i-Connect Advanced qui offre un nouveau thème graphique. Là encore, l’ergonomie générale n’évolue pas mais de nouvelles fonctionnalités sont implémentées, telles qu’un magasin d’application ou une toute nouvelle navigation complètement adaptée à l’électrique. Seul point à ré-évaluer en condition réelle, l’accessibilité de cet écran pour le passager qui pourrait s’avérer peu aisée. Heureusement, les i-Toggle sont eux sous la main au centre de la planche de bord et proposent désormais 10 raccourcis.

La disposition flottante des écrans donne une plus grande place à des matériaux plus nobles, à l’image du tissu gris chiné proposé sur toutes les versions qui parcourt toute la planche de bord, les contreportes et l’arche de la large console centrale, libérée du sélecteur de boite de vitesses qui prend place à proximité du volant. En partie haute, un large insert en aluminium parcourt la planche et les contreportes, accompagnant ce tissu. Il est accompagné d’un éclairage d’ambiance personnalisable qui renforce l’aspect flottant du Panoramic i-Cockpit, particulièrement convaincant. Grâce à l’apport généreux de tissu, le noir laqué est limité aux zones dévolues au conducteur (habillage du sélecteur de vitesse et du frein de stationnement), renforçant le côté chaleureux de l’ensemble. La finition s’annonce excellente sur les modèles de présentation, avec un niveau de qualité perçue encore réhaussé.

Le poste de conduite évolue également, avec un nouveau volant compact à l’aspect flottant et des nouveaux commodos. L’ergonomie générale n’évolue pas particulièrement, la disposition des commandes restant identique à ce que nous connaissons sur la Peugeot 308, mais la présentation s’améliore grandement. Nous apprécions que Peugeot ait pensé à faire évoluer ce genre de détails. Dommage cependant que Peugeot ait cédé au tactile sur les commandes au volant, l’expérience utilisateur n’étant pas extraordinaire chez les marques l’ayant déployé. Les touches sont toutefois larges et possèdent la technologie tactile cliquable, ce qui devrait largement contribuer offrir quelque chose de satisfaisant. Nous ne manquerons pas de vérifier ce point à la conduite dans quelques semaines.

A l’avant, nous découvrons de nouveaux sièges qui s’avèrent plutôt très confortables, profitant de la certification AGR. Proposés avec un garnissage TEP-tissu sur la finition Allure ou en TEP-Alcantara sur la finition GT, une sellerie en Cuir Nappa est également proposée en option. L’amplitude de réglage est toujours aussi étendue (lombaire électrique, réglage de la longueur d’assise), complétée pour la première fois chez Peugeot par des soutiens latéraux adaptatifs qui se gonflent ou se dégonflent électriquement pour s’adapter à la morphologie de chacun. Ainsi, terminé les problèmes de siège trop ou pas assez large. Encore au chapitre des nouveautés, les sièges avant peuvent être chauffants, massants mais aussi ventilés, tandis que la banquette arrière est également chauffante, une première depuis la Peugeot 607. A l’arrière, l’habitabilité est acceptable mais sans faire d’étincelles. Si la plupart des gens sera à l’aise, les grands gabarits pourront se sentir à l’étroit, en raison du pavillon fuyant servant la silhouette globale. Aussi, si l’espace aux jambes est correct, l’assise de la banquette semble un peu trop inclinée, avec une expérience globalement en retrait par rapport à l’ancienne génération. C’est dommage, car en plus du chauffage de la banquette, le nouveau Peugeot 3008 offre diverses attentions pour les passagers arrière, avec de la connectivité (2 prises USB-C et 1 prise 12V), des aérateurs ainsi que la présence des décors en tissu comme à l’avant.

Bonne nouvelle en revanche concernant les espaces de rangement et le coffre. La soute propose un volume utile sous tablette de 520 litres, soit l’équivalent de la précédente génération thermique. Grâce à l’architecture de la plateforme STLA Medium, toutes les versions proposent ce même volume de coffre avec la même modularité (plancher à hauteur modulable et banquette fractionnable 40-20-40) et il devrait même être possible de loger une roue de secours. Dans l’habitacle, la généralisation de la boite automatique permet de proposer de vastes espaces de rangement avec un total de 34 litres disséminés un peu partout. A noter le large rangement réfrigéré sous l’accoudoir central, le second large et profond rangement de la console centrale facilement accessible par le passager, ou encore le retour d’un range-lunettes dans le plafonnier avant. Un regret cependant, l’absence de coffre avant, ou frunk, ne serait-ce que pour loger les câbles de recharge, qui devront donc être stockés dans le coffre arrière.

Sous le capot du Peugeot 3008, la fée électricité s’impose

Si esthétiquement, la nouvelle génération du Peugeot 3008 a largement renouvelé ses codes, c’est aussi le cas côté technique, avec beaucoup de nouveautés. A commencer par la plateforme STLA Medium, que notre SUV du jour inaugure. Profonde évolution de la plateforme PSA EMP2, qui équipait le Peugeot 3008 de seconde génération, ce nouveau châssis fait la part belle à l’électrification. Conçue tout d’abord pour des véhicules électriques, STLA Medium se distingue par son architecture qui permet d’embarquer des batteries de forte capacité dans un gabarit compact.

Pour le nouveau Peugeot 3008, cela se traduit par une capacité de batterie pouvant aller jusqu’à 98kWh, logée entièrement entre les roues, sous les passagers. C’est notamment ce qui permet de conserver un volume de coffre similaire à un véhicule thermique, dans un gabarit compact puisque le nouveau Peugeot 3008 ne mesure que 4,54m de long, soit seulement 9cm de plus que la génération précédente, ce qui profite à l’empattement allongé de 6cm, à 2,73m. Une petite prouesse compte-tenu du design voulu fastback du nouveau Peugeot 3008, puisqu’un Renault Arkana, pourtant du segment inférieur, mesure 4,56m, ou un Skoda Enyaq Coupé, également conçu pour l’électrique, mesure 10cm de plus.

Cette compacité se retrouvera donc à la conduite, avec le meilleur rayon de braquage de sa catégorie (10,6m) promettant une maniabilité optimale en milieu urbain, tandis que l’architecture de la plateforme, rendant la voiture rigide et au centre de gravité bas laisse attendre un comportement routier digne des plus grandes Peugeot. Et ce malgré un poids élevé jamais vu sur une Peugeot, le Peugeot e-3008 dépassant les 2,1 tonnes à vide. L’efficience est également au rendez-vous avec un Cx de 0,28.

En plus des moteurs hybrides et hybrides-rechargeables, qui seront présentés dans quelques semaines, le nouveau Peugeot 3008 monte donc d’un cran sur les versions 100% électriques (BEV), avec la présentation de 3 combinaisons :

  • Autonomie Standard : 2 roues motrices, moteur avant de 210 chevaux, autonomie de 525km avec batterie de 73kWh
  • Dual Motor : 4 roues motrices, 2 moteurs avec une puissance combinée de 320 chevaux, autonomie de 525km avec batterie de 73kWh
  • Grande Autonomie : 2 roues motrices, moteur avant de 230 chevaux, autonomie de 700km avec batterie de 98kWh (disponible début 2025)

Les chiffres annoncés sont donc particulièrement prometteurs, les chiffres d’autonomie étant pour ainsi dire les meilleurs du marché ! A titre de comparaison :

  • Le Tesla Model Y propose des autonomies allant de 455 à 565km
  • Le nouveau Renault Scenic propose des autonomies allant de 420 à 620km
  • La Volkswagen ID.4 propose des autonomies allant de 345 à 520km
  • Le Mercedes-Benz EQA propose des autonomies allant de 426 à 529km

Pour arriver à ce résultat, en plus de la plateforme, quasiment tout est nouveau.

A commencer par les moteurs. Fabriqués à Trémery et conçus par la JV entre Stellantis et Nidec, ces moteurs de nouvelle génération optent pour la technologie synchrone à aimants permanents. Ils proposent plus de puissance et de rendement que les moteurs Continental précédemment proposés. En version 2 roues motrices, les versions de 210 et 230 chevaux proposent 343Nm de couple, disponible instantanément, tandis qu’en version 4 roues motrices, le moteur avant est celui de 210 chevaux tandis que le moteur arrière (repris du Peugeot 3008 HYbrid4) développe 110 chevaux avec un couple de 166Nm.

Les batteries, d’une tension de 400V, sont de composition Nickel-Manganèse-Cobalt, alimentent le moteur mais aussi la batterie de servitude 12V pour les consommateurs électriques secondaires. La co-entreprise ACC n’étant pas encore pleinement opérationnelle, les modules de batterie sont pour l’instant achetés à BYD puis assemblés à Sochaux. La gestion thermique des batteries utilise la circulation de liquide de refroidissement cela permet une charge ultra-rapide, une autonomie optimisée et une meilleure durée de vie. Elles sont donc garanties 8 ans (ou 160000km) pour 70% de leur capacité. Afin d’optimiser l’autonomie, le Peugeot e-3008 est équipé d’une pompe à chaleur. Côté masse, il faut compter sur un peu plus de 500kg pour une batterie de 73kWh, participant à l’embonpoint entre les 2 générations.

Côté recharge, là encore le nouveau Peugeot 3008 propose de grandes améliorations par rapport aux autres modèles électriques de la marque :

  • En courant alternatif, un chargeur triphasé 11kW de série et en option un chargeur triphasé de 22kW, utile en cas de recharge sur les bornes publiques. La prise côté voiture est de Type 2.
  • En courant continu, une puissance de charge allant jusqu’à 160kW, permettant une charge de 20 à 80% en 30 minutes avec la batterie de 73kWh, et de moins de 30 minutes avec la grande batterie de 98kWh. Les bornes de recharge pouvant aujourd’hui dépasser les 300kW de puissance, il est dommage que le nouveau Peugeot 3008 n’en ait pas profité pour embarquer un chargeur plus puissant réduisant les temps de charge rapide.

Le nouveau Peugeot 3008 complète son offre électrique et connectée

Au chapitre des équipements, le nouveau Peugeot 3008 propose un éventail de nouveautés, en particulier sur les technologies liées à l’électrique et sur les services connectés.

Sur le premier plan, 4 nouvelles fonctionnalités liés à la charge et à l’optimisation de l’énergie font leur apparition :

  • La fonction Smart Charging (ou V1G) : cette fonctionnalité module les moments et la puissance de la recharge de la batterie en fonction des créneaux horaires pour optimiser les coûts de recharge
  • La fonction Vehicle to Load (V2L) : il s’agit de la possibilité d’utiliser la batterie du Peugeot e-3008 pour alimenter des appareils électriques. Très pratique en cas de virée ou tout simplement pour optimiser les flux d’énergie à la maison. La fonction fournit jusqu’à 3kW de puissance et une intensité de 16A.
  • La modulation du freinage régénératif : très demandée, cette fonction permet d’ajuster la puissance de la régénération d’énergie (mode de conduite B) selon le besoin, grâce aux palettes situées derrière le volant. La fonction propose 3 niveaux (-0,6m/s² pour une sensation proche d’un véhicule thermique, -1,2m/s² pour une décélération accentuée, -1,8m/s² pour une régénération maximale), les 2 niveaux les plus puissant allumant les feux de stop pour prévenir les autres usagers.
  • L’évolution de l’application MYPEUGEOT APP, qui permet désormais de programmer l’arrêt de charge à un certain niveau, en plus du départ différé. Cela permet d’optimiser par exemple les plages de charge en heure creuse pour optimiser le coût.

Sur le plan des services connectés, là aussi plusieurs nouveautés, concentrées pour la plupart sur le Peugeot i-Connect Advanced. En plus de toutes les fonctionnalités connues sur les Peugeot 308 et 408, le nouveau Peugeot e-3008 enrichit son système multimédia de plusieurs nouveautés.

A commencer par la partie navigation, qui s’enrichit d’un véritable Trip Planner. Aussi abouti que sur une Tesla, la navigation est totalement adaptée à la motorisation électrique et propose des parcours intégrant des éventuelles pauses recharge. Le système prévoit tous les arrêts, en fonction de l’autonomie au départ, du pourcentage d’autonomie que vous souhaitez avoir en arrivant et du pourcentage de recharge maximum à ne pas dépasser lors des pauses. Si vous consommez plus ou moins que prévu durant le trajet, aucun souci, la navigation s’ajuste toutes les 3 minutes et recalcule tous les paramètres. Compte-tenu de l’évolution rapide des infrastructures de recharge, la base de données est gérée par TomTom qui la met à jour sur un rythme mensuel.

Seconde nouveauté intégrée dans l’écran tactile, l’apparition d’un magasin d’applications intégré dans le Peugeot i-Connect Advanced. Utilisant la connexion internet embarquée du Peugeot 3008, ces applications, sur des thèmes centrés autour du voyage, de la musique ou du divertissement, seront complètement intégrés dans l’écosystème de la voiture. Ainsi, par exemple, au lieu de devoir passer sur son smartphone pour écouter ses playlists préférées, il sera possible de télécharger directement l’application Deezer, Spotify ou encore Amazon Music qui sera directement accessible sur l’écran tactile, et sera intégrée comme une source audio classique. Avec à la clé moins de dépendance au téléphone et une meilleure connexion réseau. Pour ceux qui préfèreraient tout de même utiliser leur smartphone, il sera désormais possible d’afficher certaines applications de navigation dans le combiné, comme Apple Plans avec CarPlay, ou Waze et Google Maps avec Android Auto. Pour optimiser l’expérience, le mirroring se fait désormais sans fil et le chargeur à induction offre une puissance de 15W.

Une place de leader à conserver dans un marché devenu très concurrentiel

Avec son nouveau design fort répondant à une demande du marché, son offre de motorisations 100% électrifiée compétitive, son habitacle valorisant et bien fini, ou encore son offre technologique modernisée, le tout nouveau Peugeot 3008 abat de nombreuses cartes pour conserver sa place parmi les références du segment des SUV compacts et séduire de nombreux clients.

Il aura pourtant fort à faire, sur un marché automobile actuellement en pleine mutation, notamment avec ses versions 100% électriques. Avec l’arrivée de nouveaux acteurs, comme Tesla qui positionne son Model Y de façon très agressive sur le segment, ou les constructeurs chinois à l’image de MG et de BYD qui veulent faire notamment de l’Europe leur nouvel eldorado. Une des clés du succès commercial du nouveau Peugeot 3008 passera donc inévitablement par son positionnement tarifaire, en particulier de ses versions 100% électriques, encore inconnu, même si nous pouvons espérer que certaines versions seront éligibles au bonus écologique en France, donc en dessous des 47000€. L’attente sera toutefois de courte durée, le SUV sochalien sera disponible à la commande dès le 2 novembre 2023, pour un lancement commercial prévu pour le 24 février 2024.


Que pensez-vous du nouveau Peugeot 3008 ? Donnez votre avis sur notre forum

Suivez Forum-Peugeot.com sur Facebook

Suivez Forum-Peugeot.com sur Twitter

Suivez Forum-Peugeot.com sur Instagram

Vous aimerez aussi :

Salon

A la découverte du Peugeot Traveller

Scoop

#CamoCatch, voici les 6 camouflages des futurs Peugeot 3008

Scoop

#CamoCatch, spotting des Peugeot e-3008 Camocatch !