Avec son prototype de 205 électrique, Peugeot était déjà à la pointe dans les années 1980

Peugeot 205
Un prototype de Peugeot 205 électrique

Avec la nouvelle Peugeot e-208, la marque lance son offensive sur les véhicules électriques, et ne manque pas d’atouts. Chaîne de traction de 136 chevaux, autonomie de presque 400km, le tout avec une large palette de finitions… Nous sommes très enthousiastes sur cette nouvelle version de la citadine de la marque, et nous vous la proposerons dès que possible à l’essai, pour la comparer à la Renault Zoé, la leader des voitures électriques en France.

Mais saviez-vous que Peugeot mène des recherches sur les véhicules électriques depuis plus de 40 ans ? Si le diesel s’était imposé après le premier choc pétrolier grâce à ses faibles consommations par rapport à l’essence, Peugeot souhaitait déjà sortir du tout pétrole dans les années 1980, et avait même mis au point un prototype de Peugeot 205 électrique ! Qui vous allez le voir, n’est pas si dépassé que ça.

Une Peugeot 205 Electrique presque à la page en 2019

Alors bien-sûr, cette Peugeot 205 électrique, dont les premiers prototypes remontent à 1984, serait totalement dépassée de nos jours, que ce soit en termes de prestations globales ou sur les prestations de la chaîne de traction électrique. La nouvelle Peugeot e-208 le montre bien, avec sa plateforme e-CMP spécialement conçue pour les véhicules électriques. Cependant, si la recherche a considérablement progressé ces 30 dernières années, la Peugeot 205 électrique avait posé les bases solides de ce type de véhicules, avec des innovations que l’on retrouve parfois seulement sur les dernières générations de véhicules électriques.

a

Une habitabilité préservée

Peugeot 205
La chaîne de traction en bref

La première innovation de la Peugeot 205 électrique portait sur la structure même de la chaîne de traction, qui était compactée dans le compartiment moteur.

Ainsi, grâce à cette organisation tout à l’avant, l’espace intérieur de la Peugeot 205 électrique était identique à celui d’une Peugeot 205 de série. Elle pouvait donc accueillir jusqu’à 5 passagers, sans réduire les cotes d’habitabilité (notamment la hauteur sous pavillon, qui impacte les véhicules électriques qui ont leur batterie sous le plancher), ni réduire le volume de coffre. A bord, les seules différences avec une Peugeot 205 conventionnelle étaient l’absence de levier de vitesse, grâce à un contrôle électronique du sens de marche, et un combiné remplaçant le compte-tour et la jauge à carburant par un économètre.

Dans cette optique d’habitabilité préservée, Peugeot avait même déjà réfléchi à une version utilitaire dotée d’un volume de chargement utile de 1 mètre cube.

a

Une autonomie et un temps de recharge pas si éloigné des véhicules actuels

Si la recherche de hautes performances n’était pas la priorité des ingénieurs du Groupe PSA du temps de la Peugeot 205 électrique (il lui fallait 11,6 secondes pour atteindre 50km/h, quand la nouvelle Peugeot e-208 demande un peu plus de 8 secondes pour atteindre 100km/h), elle garantissait déjà une autonomie suffisante pour des trajets urbains.

Peugeot 205
Tout le système électrique était contenu sous le capot

Le petit moteur d’une puissance nominale de 8kW (soit 11 chevaux) et doté d’un pic à 17,5kW (23 chevaux), fourni par Leroy-Somer (toujours partenaire du Groupe PSA grâce au partenariat avec sa maison-mère Nidec), avait une vitesse maximale de 100km/h, qui lui garantissait déjà une autonomie d’un peu plus de 100km.

Mieux, en cycle urbain, l’autonomie annoncée était de 140km à une vitesse moyenne de 70km/h, tandis qu’en grande ville, l’autonomie estimée était de 200km à une vitesse moyenne de 40km/h. Cette autonomie était rendue possible à l’époque par une batterie Nickel-Fer (déjà fournie par Saft), composée de 12 blocs 6V d’une capacité nominale de 230A et pesant 300kg, qui permettait de doubler l’autonomie par rapport à des batteries classiques au plomb. Tandis que la recharge demandait environ 10 heures sur une prise électrique de 16A.

Cela laisse rêveur, quand la Peugeot iOn, 30 ans plus tard, propose une autonomie maximale de 150km, avec certes un moteur bien plus puissant, mais des batteries nettement plus évoluées. En faisant plus que doubler l’autonomie de la Peugeot 205 électrique, la nouvelle Peugeot e-208 permet de réaliser le progrès réalisé ces 10 dernières années.

a

Un système de récupération d’énergie dans la Peugeot 205 électrique !

Ce système de freinage était probablement la plus grande innovation de la Peugeot 205 électrique. Bien avant les premiers véhicules hybrides, le système de récupération de l’énergie à la décélération et au freinage était déjà fonctionnel sur les prototypes.

Ce système, très simple sur le papier, permet de stocker dans les batteries l’énergie perdue lors de la décélération, permettant de gagner en roulant de précieux kilomètres d’autonomie. Mieux, au freinage, un répartiteur électronique permettait de répartir le besoin entre le frein moteur et le système mécanique, pour améliorer les performances et l’usure des plaquettes.

a

Un poids contenu

Mais le plus gros tour de force de la Peugeot 205 électrique, c’était d’avoir pu préserver sa masse totale. Annoncée à 850kg sur la balance, c’est à peine 100kg de plus que les versions de base thermiques de la citadine.

Une véritable prouesse pour l’époque, surtout quand on sait qu’aujourd’hui, une Renault Zoé affiche plutôt 1500kg, soit un peu moins de 300kg de plus qu’une Renault Clio de base.

La concrétisation de cette technologie dans les années 1990

Les travaux des ingénieurs du Groupe PSA ne sont pas restés lettre morte. Si la Peugeot 205, malgré sa longue carrière commerciale, n’aura jamais eu le droit à une variante fonctionnant à l’électricité, ce ne sera pas le cas de la Peugeot 106, qui la remplaçait.

Peugeot e-208
La nouvelle Peugeot e-208 concrétise cette vision de la citadine électrique

Entre 1993 et 2002, la Peugeot 106 Electric aura donc symbolisé les années de recherche réalisées sur la Peugeot 205. Commercialisée au grand public en 1995 après 2 années de test à La Rochelle, avec ses cousines, les Citroën AX et Saxo électriques, elles se seront vendues à 6500 exemplaires.

Un faible chiffre qui s’explique par de nombreuses raisons (plus faibles performances que les prototypes de Peugeot 205, prix élevé, un réseau peu motivé et un prix du pétrole très bas pendant ces années), mais qui avait fait du trio les véhicules électriques les plus vendus au monde, jusqu’au lancement des Renault Zoé et Nissan Leaf ! Comme quoi, le pionnier n’est pas toujours celui que l’on croit.

Avec la nouvelle Peugeot e-208, la marque aborde sa transition énergétique d’une façon nettement plus offensive, avec un modèle d’ores et déjà évolutif, personnalisable et proposant des prestations parmi les meilleures du marché. Avec un marché du véhicule électrique en pleine croissance, et des infrastructures de recharge de plus en plus accessibles


Que pensez-vous de ce prototype de Peugeot 205 électrique ? Réagissez sur notre forum

Vous pouvez retrouver toutes les infos sur la nouvelle Peugeot e-208 dans notre dossier spécial

Vous pouvez voir toutes les photos de la Peugeot 205 électrique en cliquant ici

Suivez Forum-Peugeot.com sur Facebook

Suivez Forum-Peugeot.com sur Twitter

Suivez Forum-Peugeot.com sur Instagram


Vous aimerez aussi :

Aventure Peugeot

Vente aux enchères de l’Aventure Peugeot : nos 5 lots préférés

Scoop

Peugeot 208 (2019) : la tueuse affûte ses armes

Salon

Genève 2019 : 2 récompenses pour Peugeot aux Grands Prix Auto Plus/RTL/Turbo