Les nouveaux Peugeot 3008 et 5008 à l’essai : les rois Lions de retour

Le virage des SUV a très bien réussi à Peugeot. Alors que la marque avait exploré l’univers des crossovers et des monospaces avec la première génération des Peugeot 3008 et 5008, la révolution arrive avec la révélation de la seconde. Positionnement affirmé, design fort, large gamme, les deux modèles font l’unanimité et cumulent à eux deux plus de 1,1 million de véhicules produits. Ils convainquent aussi la profession, puisque le plus petit des deux est même sacré Car Of The Year en 2017. En attendant une nouvelle génération en 2023, qui proposera notamment des versions 100% électriques, les modèles actuels passent par la case restylage, présenté il y a un petit mois maintenant.

Peugeot 3008
Nous vous proposons 2 essais

Pour se faire une meilleure idée des nouveautés de 2 des best-sellers de la marque, nous nous sommes rendus dans la région de Chantilly pour les prendre en main. Une belle occasion pour en même temps mieux comprendre la vision de Peugeot pour ses 2 SUV compacts. Toutes les réponses à nos questions dans notre essai découverte.

Ambiance Drive In pour le nouveau Peugeot 3008

La première question que nous nous sommes posés lors de la révélation officielle du restylage des Peugeot 3008 et 5008 (et dès les premières esquisses que nous vous révélions en exclusivité dans l’été), et que vous vous êtes très probablement posé aussi, est la suivante : pourquoi autant remanier stylistiquement deux modèles qui se vendent plus que bien, puisqu’ils sont les leaders de leur segment ?

Il est vrai que ce constat pose question, tant renouveler des modèles à grand succès est une affaire compliquée, et que souvent la voie de la prudence pour eux a été de mise. Nous pensons notamment aux citadines de la Série 200, la Peugeot 206 en tête. Pourtant, pour ses 2 SUV stars, Peugeot a pris plus de risques, et avec ces 2 nouveaux modèles, entame une transition vers un nouveau design que Matthias Hossann, nouveau Directeur du Style remplaçant Gilles Vidal resté 10 ans à ce poste, aura charge de développer.

Peugeot 3008
Chacun son 3008 !

Pour apporter une réponse à cette question, les équipes de Peugeot ont dérogé aux traditionnelles conférences de presse (COVID-19 oblige), et nous ont convié à un Drive In mettant en scène Jean-Philippe Imparato, Directeur Général de Peugeot, dans un petit film, pour résumer tout ce projet de restylage. Une initiative que nous avons trouvé plutôt maline, adapté à un essai automobile et qui nous a permis de redécouvrir l’espace intérieur du nouveau Peugeot 3008, qui selon nous n’a pas vraiment vieilli en 4 ans. Il s’agit déjà là d’une petite prouesse, tant les intérieurs aux lignes plutôt modernes, comme celles du Peugeot 3008, ont tendance à prendre de l’âge plus rapidement que des lignes plus classiques. Pas de quoi rougir en tout cas pour nous face à son principal concurrent français, le Renault Kadjar restylé il y a un peu plus d’un an, ou par rapport à des modèles fraîchement dévoilés comme le nouveau Hyundai Tucson.

Finalement, pourquoi donc un restylage plutôt profond pour les Peugeot 3008 et 5008 ? La marque a considéré qu’être leader de son segment n’était pas une opportunité pour se reposer sur ses lauriers, mais de mettre les bouchées doubles pour conserver ce leadership et ne pas se laisser distancer par la concurrence, ce qui se serait selon la marque passé en cas de simples retouches mineures. L’idée d’un restylage assez important s’est donc rapidement imposée aux équipes en charge de ce projet, à la vue de l’important succès des 2 modèles. Pour rappel, depuis leur lancement, ce sont plus de 800000 Peugeot 3008 et 300000 Peugeot 5008 qui ont été vendus sur plus de 80 marchés.

Un style extérieur profondément remanié

Mais le plus important, c’est de savoir si cette mue, commune aux Peugeot 3008 et 5008, est réussie ou non. Pour nous, plutôt oui, d’autant plus que malgré les importantes évolutions, il ne vieillit pas tant que ça les premières versions, signe d’un style initial réussi. Bien entendu, il s’agit d’un restylage et la greffe ne sera pas aussi naturelle que sur un tout nouveau modèle (il faut attendre encore quelques mois et l’arrivée de la Peugeot 308 III pour cela), mais nous sommes agréablement surpris par le résultat.

Peugeot 5008
Les deux technologies d’éclairage LED

Les principales évolutions portent donc sur la face avant, qui adoptent les derniers codes stylistiques Peugeot, en particulier au niveau de la calandre et des signatures lumineuses. Nous commençons notre tour du propriétaire par les optiques principales, qui perdent leur coup de griffe particulièrement acéré pour des lignes plus simples et rectilignes, rappelant quelques peu la Peugeot 508. Surtout, ces nouveaux projecteurs intègrent les désormais traditionnelles crosses verticales, inaugurées sur la grande berline et depuis déployées progressivement sur toute la gamme. 2 versions de la signature lumineuse sont proposées :

  • La première version illustrée sur le Peugeot 3008 Bleu Vertigo, spécifique aux finitions GT et GT Pack, comprend des projecteurs Full LED, avec une crosse lumineuse qui se prolonge dans l’optique principale. Ces projecteurs intègrent également une fonction cornering et un Foggy Mode (remplaçant les conventionnels projecteurs antibrouillard) qui adapte automatiquement l’intensité lumineuse vers l’avant lorsque l’on met en marche l’antibrouillard arrière. Une fonction que nous testerons dans l’hiver.
  • La seconde, spécifique aux finitions Active et Allure (ainsi que leurs dérivées Pack), est plus simple avec des projecteurs type EcoLed. Le Foggy Mode et le cornering light disparaissent, tout comme le prolongement de la crosse lumineuse dans l’optique principale.

Dans les deux cas, les crosses lumineuses sont prolongées vers le bas du bouclier avant par un insert chromé, qui nous a surpris et, bien que prolongeant l’effet de style pour occuper toute la hauteur de la face avant, casse un peu la dynamique. L’explication de cette pièce de prolongement est purement technique, et nous a été expliquée par le Responsable Technique et Qualité des Peugeot 3008 et 5008 restylés. Les crosses lumineuses étaient bel et bien initialement prévues par les équipes du Style pour aller jusqu’en bas du bouclier et ne faire qu’une seule pièce, comme les autres modèles de la gamme, mais les tests de choc, notamment piéton, se sont avérés non conformes. En effet, il nous a été expliqué qu’à cette hauteur, le bloc optique était trop rigide pour être en conformité avec les normes des crash-tests. Devant l’importance de la réglementation, un compromis avec cet insert chromé, plus souple, a été trouvé, pour garder l’effet de style.

Peugeot 3008
La nouvelle calandre se fond dans la nouvelle face avant

Ces crosses et optiques cintrent désormais sans quitter la toute nouvelle calandre, qui semble se fondre à la fois dans les projecteurs et la carrosserie. Un double effet, très réussi à notre goût, qui est dû à deux éléments. Le premier, est l’absence de séparation entre la calandre et les projecteurs. Ces derniers mordent dans la première, donnant ce sentiment d’unité, renforcé par le traitement des lamelles chromées façon 3D, formant des points autour du Lion agrandi et s’élargissant aux extrémités. En second, ce sont bien entendu ces sourcils noir mat qui prolongent la calandre sous les optiques et semblent se fondre dans la carrosserie. Légèrement sceptiques lors de la révélation digitale début septembre, leur rendu réel nous a convaincu et offre de façon astucieuse aux Peugeot 3008 et 5008 un plus grand sentiment de largeur.

La partie basse de la face avant a également évolué, avec une nouvelle prise d’entrée d’air trapézoïdale, moins haute mais plus large qu’auparavant (mais intégrant toujours en son centre le radar inter-distance), soulignée par un nouveau sabot copié sur le Peugeot 2008, pour l’intégration dans la gamme. Enfin, des ouies latérales noir laqué ont été intégrées aux extrémités latérales de la face avant, pour renforcer le côté baroudeur et sportif des 2 SUV. Pour ceux qui se posent la question, ces ouies sont factices et ne cachent pas d’entrée d’air particulières. Elles n’ont pas été jugées nécessaires par les équipes techniques, le refroidissement du moteur étant largement assurée par les grilles d’aération déjà existantes. Tandis que sur le plan aérodynamique, ouvrir les ouïes n’apportaient rien. Si une version PSE du Peugeot 3008 venait à sortir, ce serait peut-être une autre histoire, mais il faudra pour l’instant se contenter d’un simple élément de style.

Peugeot 5008
Eteints, les feux arrière adoptent une allure très moderne

Sur le reste de la voiture, les évolutions sont beaucoup plus ténues. Nous pouvons noter les nouvelles jantes 19 pouces San Francisco, remplaçant à la fois les modèles Washington, Boston et New York des premières versions, sur la finition GT Pack. A l’arrière, les évolutions se sont portées comme à l’avant sur la signature lumineuse, désormais Full LED sur toutes les versions. Les 3 griffes prennent une triple dimension, comme sur la Peugeot 508, et les clignotants arrière sont désormais à défilement, une première dans la gamme Peugeot ! Le reste de la voiture reste inchangé, ce qui n’est pas gênant puisque les 2 modèles étaient déjà particulièrement réussis.

a

Un Black Pack rejoint la gamme Peugeot 3008 & 5008

Si les modifications esthétiques ne vous suffisent pas, et que vous n’aimez pas trop le chrome, plutôt présent sur les 2 SUV, Peugeot a pensé à vous. Proposé en option à 300€ sur les finitions GT et GT Pack, un Black Pack fait son apparition sur cette gamme restylée des Peugeot 3008 et 5008. Laissant le choix entre une finition chromée, allant plutôt vers les codes de l’élégance, ou une finition noire laquée, plutôt sportive, il y en a donc pour tous les goûts et cela correspond plutôt bien à l’esprit GT, sport-chic.

Peugeot 3008 GT
Adieu le chrome avec le Black Pack !

Dans ce pack, la quasi-totalité des éléments chromés passent soit au noir brillant (monogrammes, sabot avant, barres de toit, lécheurs de vitres latérales, insert d’aile avant, bandeau de pare-chocs arrière) ou bien prennent une finition Dark Chrome (Lion avant et arrière, inserts de calandre). Les jantes sont quant à elles le modèle 19 pouces Washington dans une finition Noir Onyx Black Mist du plus bel effet. Seuls les bas de portes initialement chromés passent au noir brut, reprenant la pièce des versions d’entrée de gamme.

Peugeot 3008 GT
Le pare-chocs noir laqué rend le bouclier moins massif

L’ensemble est vraiment convaincant, comme vous pourrez le constater sur notre exemplaire d’essai équipé, couplé à une teinte extérieure Bleu Vertigo. Ce Black Pack permet selon nous à moindre prix de donner une autre identité plus agressive aux 2 SUV et change vraiment la donne, c’est seulement regrettable qu’il faille prendre a minima la finition GT pour l’obtenir. Une ouverture sur la finition Allure Pack aurait pu être intéressante. Pour nous, l’effet sera maximal sur les coloris de carrosserie les plus vifs, à l’instar des Bleu Vertigo, Rouge Ultimate et Blanc Nacré. Un aspect plus technologique pourra être apporté par la combinaison Gris Artense. Cependant, nous avons été moins convaincus par le pack avec les coloris Gris Platinium, Bleu Célèbes, Noir Perla Nera ou Metallic Copper. Mais après tout, c’est surtout une affaire de goûts. Tant que nous parlons de couleurs, notons la disparition des Blanc Banquise, Gris Hurricane et Gris Amazonite. Avec la disparition du gris opaque du catalogue, la teinte de série est désormais le Bleu Célèbes sur le Peugeot 3008 et le Metallic Copper sur le Peugeot 5008.

Pour créer ce Black Pack, les équipes de l’ingénierie de Peugeot n’ont pas demandé aux fournisseurs de nouvelles pièces directement peintes en noir. En réalité, ce sont les mêmes pièces chromées, qui sont seulement recouvertes d’une finition tri-couche noir laqué ou Dark Chrome. Ce procédé particulier va expliquer le coût de l’option, un peu plus cher qu’un kit de personnalisation habituel (de l’ordre de 100€ chez la concurrence). Gageons seulement que le traitement du Dark Chrome ait été revu depuis les premières générations de Peugeot 208 ou de DS 4, le pelliculage avait tendance à s’écailler avec le temps et les lavages haute pression, dégradant fortement le rendu.

a

Peu de changements à l’intérieur

En montant à bord, nous pourrions être presque déçus tant les changements sont minimes. En effet, en dehors des nouvelles selleries, du très réussi insert en véritable bois de tilleul et de l’écran central 10 pouces, quasiment rien ne change.

Peugeot 3008 GT
Un nouvel écran et un nouveau rétroviseur à bord

Sur les finitions hautes GT et GT Pack, vous pourrez découvrir en plus le nouveau rétroviseur intérieur électrochrome sans cadre et les commandes de lève-vitre surlignés de chrome. Ce n’est pas un mal finalement puisque l’habitable des Peugeot 3008 et 5008 a très bien vieilli et est plutôt bien construit. En plus de ces quelques évolutions stylistiques, l’offre technologique évolue avec de nouveaux équipements :

  • le Drive Assist Stop&Go avec maintien automatique dans la voie désormais accessible sur les versions thermiques
  • l’apparition de 2 prises USB de recharge pour les passagers arrière (qui remplace la prise 220V)
  • sur les finitions basses, le démarrage mains libres (qui remplace la clé classique sur toutes les versions)
  • un i-Cockpit affichant une meilleure définition d’image et de meilleurs contrastes (mais sans l’affichage 3D du Peugeot 2008)
  • le Night Vision et sa caméra infrarouge, issu de la Peugeot 508 que nous pourrons mieux réessayer lors d’un essai longue durée
  • la reconnaissance étendue des panneaux de signalisation, comme les Stop
Peugeot 3008 HYbrid
L’écran gagne 2 pouces supplémentaires

Concernant l’info-divertissement, nous retrouvons dans ces nouveaux modèles le NAC dans sa version Wave 4, déjà vue sur les Peugeot 208, 2008 et 508. Par rapport aux autres versions plus anciennes, notons le processeur nettement plus adapté permettant un fonctionnement bien plus fluide qu’auparavant. Apple CarPlay et Android Auto sont toujours de la partie (pour la fonction sans fil, il faudra probablement attendre son successeur tournant sous Android Automotive OS que l’on peut déjà voir sur la Polestar 2), tout comme l’unique port USB. Il est dommage que Peugeot n’ait pas profité d’en rajouter un second à l’avant, alors que 2 prises USB de recharge ont fait leur apparition pour les passagers arrière. Comme sur les autres modèles, nous regrettons que l’écran 10 pouces ne soit pas mieux exploité, avec les bandeaux latéraux qui offrent finalement peu de possibilités. L’interface spécifique aux hybrides cache plus habilement ce défaut, avec des effets de diagonale.

 

Nous avons donc une belle remise à niveau face à la fois à la gamme Peugeot mais aussi à la concurrence. Nous aurions aimé que Peugeot propose d’autres petites évolutions, comme un éclairage d’ambiance personnalisable pour changer du bleu, le Full Park Assist, ou l’ADML Proximity, qui sont disponibles sur d’autres Peugeot. Pour ces équipements, il faudra donc attendre la prochaine génération. Gageons également que les équipes améliorent les caméras d’aide au stationnement, à la qualité d’image plus que moyenne.

a

Peugeot a corrigé des erreurs des premières versions

Si nous n’avons pas autant de nouveautés au chapitre des équipements que nous aurions voulu, les équipes en charge du développement et de la qualité ont néanmoins passé beaucoup de temps pour corriger les 2 principaux problèmes de qualité que vous avez pour certains relevés sur les premières versions des 2 SUV : le mauvais alignement du capot moteur et de l’enjoliveur des aérateurs centraux.

Peugeot 5008
Le capot est bien mieux ajusté qu’auparavant

Pour le premier point, les responsables qualité de Peugeot nous ont expliqué avoir notamment déplacé les fixations du capot pour permettre un meilleur accostage avec le bouclier. Et force est de constater que sur les modèles présentés, le décalage entre les 2 pièces de carrosserie n’était pas présent alors que c’est un point assez courant sur la première génération. Pour les aérateurs, bien que les soucis d’ajustement ont été progressivement résolus sur les phases 1, un gros travail a été fait sur cette pièce. Avec le changement d’écran tactile pour passer de 8 à 10 pouces, son support a été entièrement repensé pour permettre d’élargir la base de fixation et limiter le jeu de la pièce. Résultat, la pose des aérateurs est simplifiée et la pièce est parfaitement accostée à la planche de bord.

Ces deux excellentes corrections montrent qu’un restylage, c’est beaucoup plus que de simples évolutions esthétiques. Les équipes en charge du projet prennent aussi en compte les remontées client pour améliorer sans cesse les produits et nous ne pouvons que le saluer.

Au volant : l’hybridation pour un SUV plus responsable

Maintenant que nous avons fait le tour du propriétaire, prenons-en le volant. Pour le Peugeot 3008, nous avons choisi la voie de la transition écologique, avec une version GT HYbrid 225, que nous n’avions pour l’instant essayée que sur la Peugeot 508. Pour rappel, cette chaîne de traction à 2 roues motrices combine le moteur PureTech 180 et un réducteur électrique de 110 chevaux logé dans la boite de vitesses e-EAT8. Pour compléter, il est doté d’une batterie de 13,2kW promettant une autonomie tout électrique de 56km. Par rapport aux versions thermiques, cette version hybride rechargeable se distingue par seulement quelques petits éléments :

  • le mode B sur lequel nous allons revenir
  • le rétroviseur intérieur intégrant une LED bleue
  • le menu spécifique à la chaîne de traction hybride et la programmation de la charge

Nous avons essayé cette version pendant environ 100km dans la région de Chantilly, sur un parcours essentiellement péri-urbain. La première sensation en le prenant en main est bien entendu le silence à bord grâce au démarrage en tout électrique, seulement interrompu par un petit bip signalant que l’on peut partir. A notre disposition, nous disposons de 3 modes de conduite (Electric, Hybrid et Sport), 2 modes de récupération d’énergie au freinage et la décélération (D et B) le tout visible dans le combiné numérique.

Le sélecteur de mode de conduite

Bien entendu, en conduite normale, nous retrouvons le caractère très sûr qui caractérise le Peugeot 3008. Le châssis reste quasiment aussi vif et précis, malgré les 300kg supplémentaires par rapport à une version thermique PureTech 180, tandis que les suspensions filtrent toujours bien les aspérités de la route. Le tout associé à une position de conduite satisfaisante offrant de multiples réglages et, SUV oblige, dominant la route. Par rapport aux versions 100% thermiques, nous noterons seulement une direction qui nous a semblé plus assistée et, comme sur les autres modèles électrifiés de la marque, un freinage moins mordant qu’à l’accoutumée, avec une course moins progressive. Une conséquence directe de l’augmentation de poids, alors que le système de freinage est identique aux autres versions thermiques. La différence sera assez faible en conduite normale, mais à prendre en compte en cas de conduite plus sportive.

Cependant, la philosophie de ce Peugeot 3008 HYbrid est plus à la conduite en douceur, incarnée par le mode tout électrique. Disponible jusqu’à 135km/h, les 110 chevaux disponibles permettent de mouvoir la voiture sans inertie et tout en silence (renforcé par les vitres feuilletées de notre modèle d’essai), très appréciable. On se prend alors à aller chercher à maximiser l’autonomie sur batterie. Donnée pour 56km, nous avons réussi à parcourir sur l’ensemble de notre trajet 45km sans démarrer le moteur PureTech, soit environ la moitié du temps de notre essai. Un score d’autant plus convenable que nous n’avions pas particulièrement cherché à battre des records. Ce mode est donc idéal pour vos trajets quotidiens d’une quarantaine de kilomètres.

Pour optimiser l’autonomie électrique, il est cependant nécessaire d’utiliser le mode B, augmentant la récupération d’énergie à la décélération. Un mode de conduite qui nécessite toutefois un temps d’adaptation si vous n’avez pas l’habitude des véhicules électrifiés. La pleine puissance de ralentissement permet d’oublier une certaine faiblesse du système de freinage car c’est lui qui va faire ralentir la voiture, mais il demandera un peu plus d’anticipation qu’à l’accoutumée, et une plus grande maîtrise de la pédale d’accélérateur. Pour vous aider, l’économètre remplaçant le compte-tours est doté d’une jauge de recharge et pourra vous aider les premiers temps.

La trappe de recharge

Pour les trajets plus longs, le mode Hybrid gère automatiquement les deux moteurs et permet d’optimiser la consommation. Il est donc préférable de l’enclencher directement si vous compter aller un peu plus loin que d’habitude, ou faire un grand trajet d’autoroute. En mode Hybrid, la douceur est également à l’honneur, avec un jonglage entre les 2 moteurs quasiment imperceptible. Sur le plan pratique, il vous permet aussi de savoir en temps réel sur quel moteur vous roulez, grâce à l’affichage de la vitesse qui passe au vert lorsque le moteur thermique se coupe. C’est également ce mode qui permet d’avoir les meilleures relances, avec un 80 à 120km/h expédié en seulement 4,7 secondes. Le tout au final avec une consommation maîtrisée.

Lorsque la batterie est vide, il est possible de se maintenir sous les 8 litres aux 100km, et sur l’intégralité de notre parcours, la consommation moyenne s’est montrée de 3,9l/100km.

Le Peugeot 5008 reste plus conventionnel

Sur la seconde partie de notre journée, nous avons pris en main le Peugeot 5008 et ses 2 places supplémentaires. Première surprise, la version longue du Peugeot 3008 est privée des motorisations hybrides rechargeables, la gamme de motorisations n’évolue donc pas et conserve le quatuor PureTech 130/180 et BlueHDi 130/180. Pas de mHEV non plus au programme, ces motorisations arriveront avec la nouvelle Peugeot 308 dans une petite année maintenant.

Pourquoi me direz-vous ? La raison est à la fois technique et commerciale. Les équipes de Peugeot ont indiqué arriver peu à peu aux limites de la plateforme EMP2, ce qui a rendu impossible la recette hybride + 7 places. Et commercialement, il nous a été remonté que les 7 places du Peugeot 5008 était un des facteurs d’achat principal. Donc, bien que des versions 5 places du Peugeot 5008 existent sur certains marchés, il est donc privé d’électrification. Pour se consoler, on pourra se dire que le Peugeot 5008 est avant tout voué pour réaliser de longs trajets, rendant l’hybride, qui demande plus de polyvalence, moins essentiel.

Pour le grand SUV voué à un usage plutôt familial, nous avons donc choisi de prendre le volant de la version PureTech 130 EAT8, qui est la plus prisée des clients particuliers (les entreprises restent plus fidèles au diesel, avec notamment le BlueHDi 130). Une version que nous n’avions pas retestée depuis le lancement des premières versions en 2017 (avec une différence, la boite qui était l’EAT6). Nous l’avons lié à la finition coeur de gamme Allure Pack, avec une livrée Rouge Ultimate.

Bien entendu, le ressenti n’aura pas véritablement varié avec le temps. Offrant des performances sur le papier plus que correctes (0 à 100km/h en 10,2 secondes, et un 80-120 donné à 7,2 secondes épaulé par un couple de 230Nm disponible facilement – 1750trs/min), il s’avère suffisant pour l’essentiel des familles. Si vous souhaitez tracter ou rouler fréquemment chargé, nous vous conseillons toutefois les 2 motorisations de 180 chevaux, qui seront beaucoup plus à l’aise que le PureTech 130 qu’il faudra plus cravacher, ce qu’il vous rendra avec un niveau sonore un peu plus élevé.

Les gros atouts du PureTech 130 EAT8 restent son bon agrément sur un usage polyvalent, et son caractère un peu plus joueur que le PureTech 180, beaucoup plus linéaire. Sa consommation en usage normal reste aussi maîtrisée pour un véhicule de cette taille, il est totalement possible de rester sous les 7,5l/100km. Aussi, il a le mérite d’alléger le ticket d’entrée du Peugeot 5008, le PureTech 180 réclamant au minimum la finition GT, à 43300€. Sans compter du malus qui est beaucoup plus maîtrisé.

a

Toujours accueillant pour 7 personnes

En montant à bord, nous ne sommes pas plus dépaysés que dans le Peugeot 3008, dont il reprend la planche de bord. Notre finition Allure Pack offre une belle luminosité à bord grâce au ciel de toit clair et ses larges surfaces vitrées. Elle nous permet d’apprécier la nouvelle sellerie propre à cette finition, rappelant fortement celle proposée sur la Peugeot 208 de même finition.

L’occasion est aussi donnée pour rappeler les spécificités du Peugeot 5008 à l’arrière. En plus du Peugeot 3008, son grand frère offre la mise en tablette du siège passager avant, des rideaux pare-soleil et des tablettes aviation, mais surtout une meilleure modularité.

Avec ses 5 sièges indépendants et escamotables en rangs 2 et 3, le gros plus du Peugeot 5008 par rapport au 3008 est véritablement là. En rang 2, les 3 sièges de même largeur permettent d’installer 3 sièges enfant sans problème, ce que ne permet pas le 3008. Aussi, ils offrent un réglage longitudinal de l’assise et de l’inclinaison du dossier, ce qui ravira les adultes. En rang 3, l’espace est bien entendu étriqué, mais il peut accueillir sans trop de problèmes des adolescents, particulièrement pratique pour raccompagner une petite équipe de foot le mercredi après-midi. Seule ombre au tableau, l’accessibilité au rang 3 qui pourrait être améliorée, plus de la faute de la cinématique des sièges plutôt que des larges portières.

Ce qu’il faut retenir de cet essai

Avec ces versions restylées, Peugeot offre à ses 2 SUV stars une belle mise à jour, qui nous en sommes sûrs nous permettra d’attendre sans peine la prochaine génération, prévue pour 2023. En tout cas, elle permet de rester dans la course face à la concurrence, de plus en plus affûtée, et la conservation du leadership est bien engagée en France. Si les mises à jour esthétiques restent toujours une affaire de goût, nous avons été conquis par les évolutions et le rendu réel a vite dissipé les quelques réserves que nous pouvions avoir sur photo.

Avec le restylage, l’offre hybride rechargeable continue de s’affirmer, et la version HYbrid 225 devient à notre sens une des meilleures versions du Peugeot 3008. Avec ses multiples facettes (douceur électrique et flexibilité du thermique), il permet de prendre de l’avance sur les réglementations à venir, et avec le jeu des bonus-malus, rend l’offre diesel un peu dépassée. En effet, avec un tarif hors options de 47800€, la version hybride peut sembler très chère, cependant elle profite jusqu’à la fin de l’année d’un bonus écologique de 2000€, soit un prix de 45800€, et une carte grise gratuite dans la quasi-totalité du territoire. A mettre en perspective avec la version BlueHDi 180, affichée à 43500€, mais qui demande en moyenne suivant options 1400€ de malus écologique, et en moyenne 350€ de carte grise. Soit un total de 45250€. Concernant les remises, vous pourrez compter sur 5% comme base de départ. Vu la faible différence de prix, il ne faut donc pas s’étonner que la version BlueHDi 180 disparaisse du Peugeot 3008 en fin d’année. Il en est même regrettable que le Peugeot 5008 ne profite pas de l’hybride, quitte à sacrifier les 2 places supplémentaires.

Concernant la gamme, elle a été profondément revue, et le ticket d’entrée augmente fortement, à 31050€ en finition Active, en raison de la suppression de la finition Access, peu demandée (moins de 1% du mix). Le restylage demande cependant un effort financier de 1300€, bien que compensé par l’évolution de l’équipement (démarrage mains libres, projecteurs à LED essentiellement). Le constat est à priori globalement le même sur toute la gamme, si l’on n’équilibre pas les équipements. Si vous souhaitez une finition haut de gamme, la version restylée sera plus intéressante qu’une phase 1 optionnée. En bref, à vos calculettes !

Les nouveaux Peugeot 3008 et 5008 seront disponibles en concession dans les prochains jours, ce qui vous permettra de vous faire votre propre idée des évolutions. Nous en reprendrons prochainement le volant afin de tester plus longtemps les nouveautés, en particulier le Foggy Mode et le Night Vision.

Nous souhaitons remercier toutes les équipes de Peugeot pour leur accueil, en particulier Vincent et Tristan pour leur disponibilité. Nous rappelons que ces essais se sont déroulés dans le pur respect des règles sanitaires et de distanciation sociale, en raison de l’épidémie de COVID-19.  A très vite pour de nouvelles aventures plus « sportives » !

Nous avons aimé

  • Un renouveau stylistique réussi
  • Des prestations routières toujours de haut niveau
  • L’agrément global de la version HYbrid 225

Nous aurions aimé

  • L’apparition de versions mHEV, notamment sur le Peugeot 5008
  • L’évolution de certains équipements (ADML Proximity, éclairage d’ambiance PolyAmbiant)
  • Une inflation tarifaire moins forte pour une meilleure compétitivité

Que pensez-vous de cet essai ? Donnez votre avis sur notre forum !

Retrouvez la galerie photos complète en cliquant ici

Suivez Forum-Peugeot.com sur Facebook

Suivez Forum-Peugeot.com sur Twitter

Suivez Forum-Peugeot.com sur Instagram


Vous aimerez aussi :

Dernier essai

Le nouveau Peugeot 5008 à l’essai (3/4) : un châssis vif

Dernier essai

Peugeot 3008 GT Line PureTech 180 S&S EAT8 à l’essai

Dernier essai

Essai Peugeot 508 Hybrid, douceur et sobriété